UMP 44

ACCUEIL > Université de Nantes : Communiqué des Jeunes Républicains

Actualités

Université de Nantes : Communiqué des Jeunes Républicains

Université de Nantes : la liberté d’étudier doit être rétablie !

Depuis le milieu du mois de novembre, le laxisme, la violence et un climat d’insécurité totale règnent sur le campus universitaire Tertre-Censive, à Nantes. En effet, plusieurs activistes occupent illégalement le château du Tertre et une aile du bâtiment Censive, transformant ainsi des bâtiments dédiés à l’enseignement en centre d’hébergement de personnes migrantes. Alors même que cette situation a été dénoncée et relatée à plusieurs reprises, rien n’a été fait pour rétablir l’ordre et l’usage initial de ces locaux.

Depuis une dizaine de jours, à la suite de l’annonce de la réforme de l’Université par le Gouvernement, le climat s’est encore plus dégradé. Une minorité agissante bloque la plupart des facultés du campus Tertre-Censive. La Faculté de Droit et de Science politique, qui était encore ouverte, a été l’objet de nombreux incidents inadmissibles : alarme incendie déclenchée à plusieurs reprises, cours interrompus, nombreux tags dans les amphis, menaces et intimidations physiques à l’encontre des personnels de l’Université…

Mercredi 14 février, le président de l’Université de Nantes, Olivier LABOUX, a enfin décidé de réagir en passant aux actes. Invoquant « les blocus d’une partie du campus du Tertre ces derniers jours », des « intimidations physiques », des « dégradations des locaux » et la « réquisition des amphis A et B du Nouveau Tertre suite à une effraction », il a décidé la fermeture administrative du campus universitaire Tertre-Censive.

C’est ainsi que depuis plusieurs semaines, quelques dizaines d’activistes extrémistes tentent d’empêcher plus de 11 000 personnes d’étudier ou de travailler. Cette situation est inacceptable et porte atteinte aux libertés fondamentales d’étudier et de travailler.

Hier soir, sur le plateau de France 3 Pays de la Loire, le président Olivier LABOUX a annoncé l’évacuation des bâtiments illégalement occupés et la réouverture du campus universitaire dès vendredi 16 février.

Nous saluons cette annonce et demandons à Madame le préfet de région et à Madame le maire de Nantes de prendre toutes les mesures nécessaires. Nous exigeons l’expulsion définitive des occupants illégaux et le retour à l’ordre et à la sécurité de tous.