UMP 44

ACCUEIL > Transfert du CHU sur l’Ile de Nantes

Actualités

Transfert du CHU sur l’Ile de Nantes

Suite au débat organisé par l’association Enviro’Nantes à la Maison des Syndicats le 14 mars dernier, Laurence Garnier, conseillère municipale d’opposition à Nantes, tient à souligner plusieurs difficultés relatives à ce projet de transfert.

En tant qu’intervenante à ce débat, aux côtés des représentants d’autres partis politiques, Laurence Garnier s’étonne tout d’abord de l’absence d’un membre du Parti Socialiste, pourtant invité par l’association au même titre que les autres mouvements politiques. Cette absence remarquée est sans nul doute le signe d’un malaise croissant de la majorité municipale, qui refuse désormais de s’exprimer publiquement sur cette question du transfert de l’hôpital sur l’île de Nantes. Au sommet de l’Etat, le Premier Ministre lui-même est silencieux depuis plusieurs mois sur ce dossier, qu’il considérait pourtant comme de toute première urgence l’année dernière lorsqu’il était à la tête de la Ville et de la Communauté urbaine. A la tête de la Ville comme à celle de l’Etat, la majorité socialiste est en train de découvrir que ce transfert pose un certain nombre de difficultés que nous soulignons depuis plusieurs années.

Laurence Garnier pose à nouveau la question des études alternatives à une potentielle implantation sur l’île de Nantes. La direction du CHU, qui s’était engagée il y a deux ans à nous fournir ces études, ne nous a communiqué à ce jour aucun document et a évoqué hier, en dernier recours, la confidentialité desdites études.

L’opacité qui règne autour de ce dossier soulève ainsi auprès d’un nombre croissant de Nantais des interrogations de plus en plus fortes quant à la légitimité d’un éventuel transfert sur l’île de Nantes.

Laurence Garnier demande donc que toute la transparence soit faite sur ce dossier et que des preuves réelles de l’existence de ces études alternatives soient apportées aux Nantais, en même temps que l’argumentaire précis ayant conduit les décideurs politiques et hospitaliers à retenir le site de l’île de Nantes, qui pose d’importants problèmes d’aménagement, tant en termes d’accessibilité que d’espace disponible et d’aménagement urbain.

Laurence GARNIER, Conseillère Municipale d’Opposition à Nantes