UMP 44

ACCUEIL > Session du conseil départemental du 18-12

Actualités

Session du conseil départemental du 18-12

INTERVENTION DE CHRISTIANE VAN GOETHEM CONSEILLÈRE DÉPARTEMENTALE DU CANTON DE PORNIC

STRATÉGIE NUMÉRIQUE

BP 2019

Monsieur le Président, Monsieur le Vice-président, Chers collègues,

La dématérialisation de nos services est une nécessité et une opportunité, nous sommes d’accord sur ce point. Mais elle présente également un risque de creusement des inégalités, voire des fractures territoriales et sociales.

Ma collègue Karine Paviza l’a souligné, le principe fondateur du service public est l’égalité d’accès pour tous les citoyens. Et lorsque c’est le Conseil départemental, chef de file des politiques de solidarités, qui dématérialise ses services publics, il doit porter d’abord et avant tout son attention sur l’accès des publics les plus fragiles et les plus isolés à ces services. De ce point de vue, et au regard de l’objectif de dématérialisation de tous les services d’ici 2021, il reste beaucoup de travail à faire en peu de temps.

Nous reconnaissons le volontarisme du Département s’agissant du déploiement des réseaux très haut débit. Mais de nombreuses difficultés demeurent, le déploiement des réseaux peine à bénéficier à un grand nombre de communes et de villages.

Au-delà du déploiement des réseaux, se pose également la question de l’accès aux abonnements internet et au matériel informatique. Près de 15% de la population ne disposent pas d’Internet à domicile, particulièrement chez les plus fragiles (personnes âgées, personnes aux faibles revenus ou sans diplômes) et dans les zones rurales. Là encore, les secteurs ruraux sont en queue de peloton. Et, sur cet aspect essentiel de l’accès aux services numériques, le Département n’évoque qu’une éventuelle expérimentation du maintien de la connexion internet pour les foyers en difficulté, d’ici 2021, lorsque tous nos services auront été dématérialisés.

Lorsqu’on a accès à internet avec un débit suffisant et un matériel adapté, se pose le problème de l’apprentissage des usages numériques, dont les publics cibles du Département sont souvent éloignés. La dématérialisation de nos services, qui leur sont destinés en premier lieu, doit donc être accompagnée d’un plan ambitieux de médiation numérique. Et là encore, l’engagement du Département est trop limité au regard des enjeux :
-  Notre collectivité aide aux investissements dans des locaux dédiés au numérique, mais n’aide pas au fonctionnement de ces équipements et au développement de l’offre d’animation et de médiation numérique
-  Nous déployons un groupe de services civiques pour identifier les besoins et recenser les services déjà existants dans les territoires, mais cette offre dépend toujours des initiatives locales, alors que notre collectivité serait tout à fait légitime dans un rôle de pilote et d’animateur, avec un objectif de couverture territoriale de l’offre de médiation numérique.

Enfin, le gouvernement a mis en place une stratégie nationale pour un numérique inclusif, dont la déclinaison locale doit justement s’appuyer sur les Départements. Or, la stratégie de notre Département ne fait aucune mention de ce plan national et de son articulation avec le plan local. Pouvez-vous nous indiquer pourquoi cette articulation indispensable est absente de votre stratégie ?

Au-delà de ces remarques et de ces alertes, nous n’en sommes pas moins favorables à l’effort du Département en matière de numérique, et nous voterons favorablement sur ce dossier.

Je vous remercie.


INTERVENTION DE PATRICK GIRARD CONSEILLER DÉPARTEMENTAL DU CANTON DE PORNIC

TRAVAUX DANS LES COLLÈGES PUBLICS

BP 2019

Monsieur le Président, Madame la Vice-présidente, Chers collègues,

Tout d’abord, Monsieur le Président, Christiane VAN GOETHEM et moi-même, vous remercions d’avoir bien voulu excuser notre absence lors de votre conférence de presse pour annoncer vos choix, anticipant l’évolution des effectifs scolaires dans le Pays-de-Retz.

En effet, être prévenu par mail, le lundi 3 décembre vers 18 heures pour une conférence de presse ayant lieu à l’Hôtel du Département le mercredi 5 décembre à 14 heures 30 cela nous a posé des problèmes d’agenda, qu’il nous était impossible de modifier.

Pourtant, Monsieur le Président, je ne vous surprendrai pas en vous disant que c’est un dossier qui me tient particulièrement à cœur.

Tout d’abord, parce que le lundi 10 décembre 2007, j’intervenais pour la première fois dans cet hémicycle pour parler déjà des sureffectifs du collège Jean Mounès de Pornic et des conditions de travail des enseignants et des personnels. C’était en quelque sorte mon baptême du feu.

Depuis, Monsieur le Président, avec l’aide de Christiane VAN GOETHEM, nous sommes intervenus à 18 reprises pour vous alerter sur la nécessité de construire un nouveau collège sur ce secteur du Pays-de-Retz.

Dès décembre 2007 et pendant 11 ans, je me suis élevé en faux, preuves à l’appui, contre vos chiffres et ceux de l’inspection académique. J’ai également dénoncé les conclusions de votre étude restituée en 2014.

De même, votre toute dernière étude portée à notre connaissance, le 26 novembre dernier, nous laisse une fois de plus dubitatif.

Nous sommes conscients que dans nos secteurs attractifs c’est très compliqué de faire des prospectives, mais ce qui compte avant tout c’est la réalité du terrain.

La réalité de terrain, c’est que pour la prochaine rentrée scolaire, vous allez être obligés de rajouter de nouveaux préfabriqués et des sanitaires supplémentaires, ce dont nous vous remercions.

Depuis de nombreuses années, les parents du collège Jean Mounès, vous ont également alerté sur les difficultés d’enseignement et de vie de leurs enfants collégiens. Nous les remercions de leur soutien dans nos démarches.

Nous remercions également le nouveau collectif qui s’est créé il y a 3 mois pour un collège à Chaumes-en-Retz.

Depuis 11 ans, notre démarche d’élus départementaux est d’œuvrer pour un nouveau collège sur notre secteur du Pays-de-Retz, et non pas pour telle ou telle commune. Nous estimons que c’est à l’ensemble des élus locaux en lien avec vous, Monsieur le Président, de penser ensemble à l’aménagement de leur territoire.

Pour que cet aménagement soit réussi, il ne doit pas se faire de manière individuelle et personnelle, mais en concertation avec l’ensemble des partenaires. Ce qui ne me semble pas être la priorité de quelques élus de notre territoire.

Monsieur le Président, vous avez tranché et c’est très bien. Je reviendrai sur votre choix et vos annonces. Mais avant, nous voudrions te remercier très sincèrement, Madame la Vice-présidente, et te féliciter pour ta parfaite connaissance des 83 collèges publics de Loire-Atlantique et de leurs besoins.

Dès le début de ta prise de fonction, tu es allée sur le terrain, sans à priori, mais pour observer et être à l’écoute des principaux, des enseignants, des personnels qui travaillent dans les collèges, ainsi que des parents d’élèves.

Être à l’écoute, c’est bien, mais tu as toujours eu le souci, d’apporter des bonnes réponses. Merci Christine pour ton honnêteté intellectuelle et pour tout ce que tu fais pour nos collégiens. Je suis sûr que mes propos sont partagés par la majorité des membres de cet hémicycle toutes sensibilités confondues.

Quant à vous, Monsieur le Président, on ne peut que vous féliciter et vous remercier aussi pour les choix que vous avez faits avec la création d’un nouveau collège à Chaumes-en-Retz, et la reconstruction du Collège Jean Mounès, qui a déjà 50 ans d’existence, reconstruction prévue près du Lycée du Pays-de-Retz.

Cette double décision permettra d’accueillir presque tous les enfants du Canton de Pornic avec moins de temps passés dans les transports scolaires, et surtout apportera de bien meilleures conditions d’apprentissage et de vie dans nos collèges. Encore merci Monsieur le Président.

Pour terminer en cette période de fin d’année, je formule, Monsieur le Président, le vœu que si vous souhaitez m’inviter à la pose de la première pierre des 2 futures constructions, alors que je ne serai plus Conseiller départemental, ne le faites pas seulement 48 heures avant l’événement, car l’agenda d’un retraité est parfois plus compliqué à gérer que celui d’un élu.

Je vous remercie.


INTERVENTION DE CHARLOTTE LUQUIAU CONSEILLÈRE DÉPARTEMENTALE DU CANTON DE VALLET

POLITIQUE JEUNESSE ET CITOYENNETÉ

BP 2019

Monsieur le Président, Monsieur le Vice-président, Chers collègues,

Ce dossier consacré à la jeunesse et à la citoyenneté suscite quelques interrogations et réserves.

La première observation concerne la répartition des crédits entre les différents dispositifs d’aide. En effet, en 2018, nous avions approuvé la baisse des subventions aux fédérations d’éducation populaire et aux associations jeunesse au profit des aides aux projets. Pour 2019, les aides aux projets et les aides directes aux jeunes en difficulté n’augmentent pas, mais les aides au fonctionnement de ces associations repartent à la hausse.

La deuxième réserve concerne le contenu des projets jeunesse aidés par le Département, orienté encore une fois vers un concept de citoyenneté très large. A titre d’exemple, cette année, nous avons financé notamment des événements culturels, un clip de rap, un atelier graffitis, la création d’une chaîne youtube et différents ateliers artistiques. Comme nous l’avons rappelé l’an passé, nous souhaitons concentrer ces aides sur des projets contribuant plus directement à l’insertion socio-professionnelle, plus proches de nos missions.

Enfin et surtout, nous découvrons une aide à l’investissement d’un montant de 450000 €, destinée à financer un nouveau siège à l’association des Francas. Cette aide ne relève a priori d’aucun dispositif prévu. Il s’agit donc, pour nous, d’un soutien financier tout à fait dérogatoire, qui représente tout de même près de 10 % du budget total consacré à la jeunesse. Cette aide est d’autant moins acceptable que, sur nos cantons, les communes font face au retrait du Département, qui refuse toute aide aux projets d’investissement qui sortiraient de la liste très restreinte des thématiques éligibles. Je vous saurais gré de nous éclairer sur ce point.

En conclusion, malgré ces réserves, nous avions approuvé le précédent budget, considérant que cette politique jeunesse demeurait volontariste. Nous poursuivrons dans cette voie en espérant que nos réserves seront entendues, voire prises en considération.

Je vous remercie.