UMP 44

ACCUEIL > Seita : les salariés payent la boulimie fiscale des socialistes

Actualités

Seita : les salariés payent la boulimie fiscale des socialistes

A Carquefou, 372 salariés de la Seita vont subir la fermeture de l’usine. A côté, c’est l’usine de Trelleborg qui a annoncé la suppression de 95 postes. Le même jour le tribunal a autorisé la reprise de Fagor Brandt mais avec 220 emplois en moins. Et la litanie pourrait être poursuivie hélas.

Il n’y a pas de fatalité, mais il y a un point commun à toutes ces fermetures industrielles : la perte de compétitivité.

L’impôt sur les sociétés est de 33,3% en France contre 15% en Allemagne et les charges sociales patronales sur les salaires sont de 38 % en France contre 19,5% en Allemagne. Je dénonce la posture perverse des socialistes qui aux commandes de l’Etat, de la région, du département de la métropole de Nantes se lamentent de la situation qu’ils ont contribué à créer par leur boulimie fiscale !

Christophe Clergeau a beau demander aujourd’hui une table ronde et se plaindre de la situation, peut-être aurait-il pu s’interroger sur la pertinence de la hausse de 20% de la taxe professionnelle décidée par Jacques Auxiette à son arrivée il y a 10 ans à la tête de la région et qui est toujours en application.

Il est urgent que la communication du gouvernement fasse place à des actions concrètes pour stopper l’hémorragie.

Si la fermeture est définitivement actée, la région doit mettre en place un plan exceptionnel d’actions pour le reclassement des salariés.

François Pinte, Président du groupe UMP Région Pays de la Loire