UMP 44

ACCUEIL > Editorial > Réunion des cadres du 13 Décembre

lundi 15 décembre 2014

Réunion des cadres du 13 Décembre

Nicolas Sarkozy aux cadres de l’UMP : « un seul esprit, le rassemblement »

« Querelles d’égo, haine…Ces deux dernières années nous ont coûté cher. Très cher. Trop cher alors qu’il y a tant à dire sur le président de la République et ses amis. Alors qu’il y a tant à dire sur Marine Le Pen et ses amis. Les Français sont inquiets, la France s’écroule. La gravité de la situation de la France, la profondeur de l’inquiétude des Français, les risques économiques, sociaux, sécuritaires qui pèsent sur notre pays ne nous laissent pas le choix. Il nous faut nous préparer à toutes les alternatives. Nous devons incarner l’alternance, l’espérance, la solidité ».

Quinze jours -jour pour jour- après son élection à la présidence de l’UMP, Nicolas Sarkozy n’a pas tardé, ce samedi au siège national, devant les chevilles ouvrières de notre famille politique que sont les présidents, secrétaires, chargés de missions, trésoriers, responsables jeunes et responsables jeunes actifs des fédérations départementales de l’UMP à fixer la feuille de route politique et organisationnelle de notre mouvement dans un seul esprit, celui du « rassemblement ».

« La politique est notre engagement commun. Retrouvons le plaisir d’être ensemble, la passion pour la France, l’envie de participer à une histoire qui dépasse le destin de chacun de nous. Nous n’avons pas le droit d’échouer », précisait Nicolas Sarkozy entouré de tous les membres de sa nouvelle équipe dirigeante, « une équipe renouvelée, jeune et diverse, au premier rang de laquelle la Vice-présidente Nathalie Kosciusko-Morizet et le secrétaire Général Laurent Wauquiez.

Interrogé sur la ligne politique, Nicolas Sarkozy n’en voit qu’ « une seule et limpide : l’UMP a pour vocation à occuper tout l’espace entre le Parti socialiste et le Front national. C’est notre vocation, c’est notre devoir et cela va bien au-delà de la seule droite et du centre. Nous irons chercher ceux qui nous ont quittés pour le Front national comme je compte bien récupérer les innombrables déçus de François Hollande », souligne-t-il.

Cette ligne politique s’appuiera également sur une « riposte politique systématique car nous ne devons rien laisser passer à ce gouvernement ». Mais également sur une conviction et une consigne claire «  : aucun accord avec le Front national, ni local, ni régional, ni national car nous n’avons pas le même programme, et pas les mêmes valeurs. Ceux qui se laisseront aller à cela quitteront le parti. Et n’oublions pas que Marine Le Pen est la complice du désastre actuel ».

Souhaitant « incarner la famille politique dans son ensemble et dans sa diversité », Nicolas Sarkozy cible trois « défis prioritaires » dans sa feuille de route : « remettre le parti au travail sur le terrain des idées, construire un parti de militants et construire le parti le plus moderne de France ».

Un Conseil national programmé sur deux jours en janvier prochain développera toute une réflexion sur la nature du projet que l’UMP souhaite proposer aux Français. Bien que premier parti de France en nombre de militants avec plus de 200 000 adhérents, Nicolas Sarkozy vise 500 000 adhérents de l’UMP à l’horizon 2017. Une politique soutenue sera d’ailleurs conduite envers l’animation des adhérents qui seront reçus une heure tous les jours entre 17 et 18 heures au siège national de l’UMP par un membre de l’équipe dirigeante et une fois par mois par Nicolas Sarkozy en personne.

Estimant l’organisation actuelle de l’UMP obsolète, Nicolas Sarkozy souhaite également « construire une nouvelle formation politique « qui intègrera toutes les problématiques des élus avec la constitution d’un comité des maires, un comité des Outre-mer, un comité des Français de l’étranger… ».

« Nous serons offensifs sur le terrain des idées et de la société », résume la Vice-présidente Nathalie Kosciusko-Morizet assurant que la nouvelle équipe constituée autour de Nicolas Sarkozy travaillera au plus proche des adhérents et militants, sur le terrain, avec cet esprit d’être un « parti plus décentralisé, plus souple ». Dans son propos, Laurent Wauquiez, nouveau Secrétaire Général a tenu à saluer le travail de son prédécesseur, Luc Chatel, qui a accompli « un travail considérable en enclenchant le redressement financier ».

Saluant l’esprit de rassemblement qui souffle désormais sur l’UMP, Laurent Wauquiez est persuadé que la période quoi s’ouvre va être « passionnante car il y a tout à faire et tout à gagner ».