UMP 44

ACCUEIL > Redécoupage ou charcutage ?

Actualités

Redécoupage ou charcutage ?

La loi relative à l’élection des conseillers départementaux a été adoptée le 17 mai 2013. Cette dernière prévoit la transformation du Conseil Général en Conseil Départemental, le renouvellement total en une seule fois tous les 6 ans de l’assemblée, et la création de binômes paritaires pour les futurs cantons.

Le Gouvernement a chargé les Préfets de procéder au redécoupage des cantons.

En Loire Atlantique, comme dans tous les départements, les inquiétudes sont grandes.

Sous couvert de garantir la parité dans les Départements, objectif légitime et partagé, le Gouvernement impose un redécoupage général des cantons qui marginalisera les cantons ruraux. Pourtant, la République repose sur l’égalité des hommes et des territoires.

Concrètement, en Loire Atlantique, il y aura lors des prochaines élections 31 cantons (contre 59 aujourd’hui), soit 62 élus (contre 59 aujourd’hui). Chaque canton disposant de deux élus, de sexe différent, le Gouvernement va donc créer de nouveaux postes d’élus avec de nouvelles dépenses publiques en perspective.

De plus, avec le nouveau système, le monopole de la Métropole est entériné au détriment des territoires ruraux. A elles seules, Nantes Métropole et l’agglomération de Saint-Nazaire compteront la moitié des Conseillers Départementaux. La loi modifiant le mode de scrutin a également prévu de transformer Nantes en Métropole, c’est-à-dire de confier à l’agglomération nantaise les compétences du Département.

Chose inédite donc, les Conseillers Départementaux élus sur la Métropole seront majoritaires au Conseil Général alors que le Conseil Général n’aura aucune compétence sur la Métropole. On voudrait faire disparaître les territoires ruraux, qu’on ne s’y prendrait pas autrement !

En outre, le redécoupage des cantons va affecter les populations. Aujourd’hui, les services publics sont organisés sur la base des cantons. Or, la question de l’organisation des territoires ruraux (gendarmerie, collège, centre d’incendie et de secours, bureau de Poste…), qui est intimement liée à l’existence des cantons, n’a pas été traitée, ce que le Groupe Démocratie 44 regrette. Le redécoupage voulu par le Gouvernement risque de faire perdre leurs services publics à plus de la moitié des 4 000 chefs lieux de cantons actuels. Pour des raisons électorales, le Gouvernement raye d’un trait de plume l’aménagement du territoire et l’égalité des citoyens.

Si les inquiétudes sont fortes, c’est principalement parce que les critères du redécoupage ne sont pas connus. Sans critère objectif, comment empêcher un charcutage réalisé au profit d’un parti politique ?

C’est pourquoi, le Groupe Démocratie 44 exige que le Gouvernement applique des règles objectives, publiques et que le Préfet associe l’ensemble des élus départementaux.

Il convient de respecter les territoires en privilégiant, selon les départements et leurs réalités spécifiques, le regroupement des cantons existants, le respect des intercommunalités, des circonscriptions, des arrondissements ainsi que l’équilibre des villes et des campagnes.

Les prochaines élections départementales auront lieu en mars 2015. Il est grand temps que les cantons soient définis pour que les populations et les élus sachent à quel territoire ils seront rattachés.

Le Groupe Démocratie 44 du Conseil Général