UMP 44

ACCUEIL > Réaction de Julien BAINVEL au non respect des engagements européens de la France

Actualités

Réaction de Julien BAINVEL au non respect des engagements européens de la France

La France sur le banc de touche de l’Europe !

Le programme de François Hollande était pourtant clair. La proposition 9 indiquait : « le déficit public sera réduit à 3% du produit intérieur brut en 2013 ». Cette proposition visait à respecter nos engagements européens et plus précisément le Traité de Maastricht signé en 1992 et qui impose aux États membres de l’Union Européenne de contenir leur déficit public à 3% maximum de leur PIB.

Depuis l’élection de François Hollande et la nomination de Jean-Marc Ayrault nous sommes nombreux à alerter le Gouvernement sur les mesures économiques, budgétaires et financières qui pèsent sur notre compétitivité, amputent notre croissance et plombent notre économie.

Fidèle à son action à Nantes, le Premier ministre s’entête, n’écoute personne et nous conduit dans le mur. Résultat, pour la 1ère fois depuis 1992, pour la 1ère fois depuis 21 ans, la France ne va pas respecter ses engagements européens. Certains pourraient minimiser, sous-estimer cette annonce, confirmée par le Premier ministre. Pourtant cette confirmation place la France sur le banc de touche de l’Europe. Alors que la lutte contre le déficit public devrait être, avec la bataille pour l’emploi, le premier des combats du Gouvernement, celui-ci augmente les dépenses publiques et laisse filer les déficits préférant se concentrer sur les sujets sociétaux.

Le non-respect de ce critère de convergence nous éloigne de l’Allemagne et rapproche inexorablement la France des pays du sud de l’Europe. Ainsi selon les prévisions de la Commission Européenne, en 2013 la France atteindrait 3,5% de déficit et serait placée derrière l’Italie (2.1%) et loin derrière l’Allemagne (0,2%).

Le Premier ministre doit assumer sa responsabilité et ne pas accuser la croissance plus faible que prévue en France. Le Gouvernement ne peut pas se dédouaner.

Le Gouvernement doit prendre, enfin, conscience de l’ampleur de la crise économique que nous traversons, du besoin vital de réformer notre pays en limitant la dépense publique de l’État et des collectivités, en modernisant notre modèle social, en comprenant que la mondialisation est une réalité qu’il faut intégrer et non combattre.

Il n’est pas trop tard pour sauver notre honneur et respecter nos engagements européens. Agir de la sorte, permettrait de plus au Président Hollande de respecter les promesses du candidat Hollande.

À l’inverse, ne rien faire serait catastrophique. L’Europe imposerait alors, comme elle l’a fait en Grèce, en Espagne, en Irlande, une cure d’austérité sans précédent à notre Pays.

Il n’est pas trop tard, mais presque !

Julien BAINVEL, Conseiller Municipal d’opposition à Nantes