UMP 44

ACCUEIL > Qui peut croire François Hollande ?

Actualités

Qui peut croire François Hollande ?

Le 30 janvier 2012, François Hollande déclarait à Brest : "Qui peut croire qu’en diminuant les cotisations sociales de 12 ou 13 milliards d’euros, d’un seul coup les entreprises françaises pourront exporter, que les consommateurs importeraient moins et que nous aurions immédiatement des créations d’emplois ?"

Il aura donc fallu, presque jour pour jour, 2 ans à François Hollande pour réaliser que la baisse des charges sociales proposée par Nicolas Sarkozy et votée par la précédente majorité était la solution pour remettre l’économie française en marche. Deux ans de perdus sur la baisse des charges, deux ans de perdus sur l’importance de la crise, deux ans de perdus pour l’économie française.

Plus encore, si François Hollande s’est trompé sur le diagnostic, il ne peut être dupe de la faiblesse des 10 milliards d’euros de baisse de charges comprise dans son "pacte de responsabilité" de 30 milliards d’euros - dont 20 milliards d’euros sont d’ores-et-déjà affectés sur le CICE. Il ironisait sur la faiblesse de la baisse des charges sociales de 13 milliards d’euros de Nicolas Sarkozy, il ose présenter sa baisse des charges de 10 milliards d’euros comme une révolution copernicienne. Ce qui aurait pu être efficace en 2012 ne sera certainement pas suffisant en 2014 après deux années de matraquage fiscal et d’effondrement de l’économie française.

Rappelons par exemple qu’entre temps les marges des entreprises françaises sont devenues les plus faibles depuis 30 ans et que le chômage a explosé avec plus de 500 000 nouveaux demandeurs d’emplois toutes catégories confondues. François Hollande a deux ans de retard. Et, ce sont les Français qui paient ses erreurs de diagnostic et la faiblesse des solutions proposées.

Roger KAROUTCHI

Vice-Président de l’UMP