UMP 44

ACCUEIL > Question orale d’André TRILLARD le 21 juillet

Actualités

Question orale d’André TRILLARD le 21 juillet

Madame la Ministre,

Je pense que l’affaire de la Maison d’Assistantes Maternelles (MAM) « Graine de malice » de Bouguenais, contrainte de quitter les lieux par une décision de justice en raison des « nuisances » subies par les riverains est bien connue de votre collègue, secrétaire d’État chargée de la famille.

Priées de déménager manu militari à leur frais et de tout remettre aux normes sans aucune aide, ni du Département, ni de la Métropole ou de la Région, ces 5 assistantes maternelles vont toutefois pouvoir, grâce à leur ténacité et leur énergie, rouvrir cette MAM, en d’autres en lieux, sur la même commune, le 1er septembre.

Pourquoi cette affaire a-t-elle fait grand bruit en Loire-Atlantique, où se créent des MAM, mais à un rythme hélas insuffisant par rapport à la croissance de la population ligérienne et à la demande des parents ?

Parce qu’elle a mis en lumière les difficultés de tous ordres que rencontrent la mise en place et le fonctionnement de ces structures d’accueil dont la création a été permise par la loi du 9 juin 2010 qui a, je tiens à le rappeler ici, pour origine une proposition de loi sénatoriale.

Ces difficultés ont pour nom : insuffisance de l’aide juridique, logistique et financière au moment de la création… elles tiennent aussi aux obstacles qu’elles rencontrent dans leur mise aux normes. Elles n’ont droit qu’à une prime à l’installation et à des prêts préférentiels, et c’est tout !

Et pourtant ! elles présentent plusieurs avantages essentiels :

• une amplitude horaire d’accueil inégalable qu’aucune structure collective ne pourrait, pour des raisons de coût, proposer.

• un coût de fonctionnement compatible avec les finances de toutes les communes : celui d’une crèche représente en moyenne par enfant, une charge financière pour la municipalité sept fois plus élevée

• une augmentation des capacités d’accueil et de la création d’emploi : les MAM ouvrent à la profession à des femmes dont le logement est trop exigu ou non conforme, dont l’habitation est située dans une zone où la demande est trop faible…

• Une opportunité d’évolution de carrière pour les assistantes maternelles et un effet psychologique positif sur certains parents réticents à l’idée de laisser leur enfant seul avec une assistante maternelle.

Madame la Ministre, le gouvernement a entre les mains un outil d’aménagement du territoire, un instrument de création d’emploi, un moyen d’améliorer la qualité de vie des parents comme des assistantes maternelles…

Alors qu’entendez-vous faire pour le sécuriser juridiquement dynamiser et répondre ainsi au déficit de place de garde d’enfants, criant dans certaines zones ?