UMP 44

ACCUEIL > Nouvelle étude franchissement de la Loire : l’Etat réaffirme son rôle d’aménageur du territoire

Actualités

Nouvelle étude franchissement de la Loire : l’Etat réaffirme son rôle d’aménageur du territoire

Je me réjouis de la décision du Premier Ministre, François Fillon qui réaffirme ainsi la responsabilité et le rôle stratégique de l’Etat en terme d’aménagement du territoire.

Ce retour de l’Etat est le fruit de l’action de parlementaires tels que Philippe de Villiers, Christophe Béchu et Bruno Retailleau qui sont à mes côtés depuis début. Il s’agit d’une étape qui devrait être confortée ensuite par un engagement financier important de l’Etat et des collectivités locales.

Pour notre part, comme vous le savez, nous avons créé l’Association pour le Franchissement de la Loire (AFL) qui rassemble, Chefs d’entreprises, Elus, Chambre consulaire de Loire-Atlantique et de Vendée. Ce rassemblement nous a permis d’engager une expertise cofinancée par le conseil général de Vendée et l’Association des maires du Pays de Retz ; qui est encore en cours de finalisation. A la fin de l’année, nous devrions pouvoir présenter ses conclusions.

L’aéroport de Notre-Dame-des-Landes n’est pas celui de Nantes, mais celui de tout le Grand-Ouest. Pour cela, il doit être relié à tous ses territoires, y compris au sud de la Région, au Pays de Retz, à la Vendée, mais aussi au nord du Poitou-Charentes. A terme, en France, il y aura quatre grandes plate-formes aéroportuaires : les deux grands aéroports parisiens, une plate-forme dans la région lyonnaise et une autre dans le Grand-Ouest.

Pour moi, le franchissement n’a de logique qu’à l’Ouest de Nantes, au milieu de la métropole Nantes-Saint-Nazaire, dans l’Estuaire. Dans une logique de pôle multimodal, il faut qu’il soit proche du grand port maritime national de Saint-Nazaire. Si, comme certain le souhaitent, on installe ce franchissement entre Nantes et Angers, on se prive de la liaison entre ces deux grands équipements structurants. Il ne faut pas oublier non plus que demain, les populations vont venir en nombre importants s’installer sur le littoral du Grand-Ouest.

Par ailleurs, les problèmes locaux pourront être résolus ou améliorés par un nouvel ouvrage : pour les déplacements de part et d’autre de l’estuaire, pour favoriser l’installation des entreprises dans le Sud, pour avoir une solution de rechange en cas de fermeture prolongée du pont… Enfin, c’est aussi un projet environnemental avec un bilan carbone global positif.

Avec le Président de l’association des usagers du Sud-Loire, nous sommes dans l’attente d’un plan d’urgence susceptible de répondre à une fermeture accidentelle du pont de Saint-Nazaire…