UMP 44

ACCUEIL > NDDL : Réactions

Actualités

NDDL : Réactions

COMMUNIQUE DE CHRISTOPHE PRIOU ET FRANCK LOUVRIER

NDDL : un enterrement en seconde classe de l’Ouest et de la démocratie

Alors que le 1er Ministre vient d’annoncer l’abandon du projet de transfert de l’aéroport à Notre Dame des Landes, nous vivons de plein fouet un deuil, non seulement, celui d’un projet vital pour notre territoire mais aussi celui de la démocratie.

En croyant mettre fin à un projet de 50 ans, Emmanuelle MACRON n’enterre pas l’ancien monde mais le fait renaître en nous empêchant de se projeter dans l’avenir.

Après avoir programmé le retrait des moyens financiers aux collectivités, il décide de supprimer aujourd’hui un projet qui nous rendra encore davantage dépendant de Paris et de ses aéroports.

Et au-delà de l’enjeu de notre territoire, c’est la démocratie qui est sacrifiée car il suffit de se remémorer les 200 exactions et agressions faites par les zadistes pour réaliser que la violence compte plus que les règles de la République.

Emmanuelle MACRON nous démontre aujourd’hui que l’intimidation aura eu raison de notre démocratie représentative et juridique. Cette vision politique est un danger pour l’avenir.

Christophe PRIOU et Franck LOUVRIER, Président et Vice-président du groupe LR et apparentés du Conseil régional des Pays de la Loire


COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE LAURENCE GARNIER

Consternation suite à l’annonce gouvernementale sur Notre-Dame-des-Landes

180 décisions de justice et un projet validé par référendum n’auront donc pas suffi à convaincre l’État du bien-fondé de ce projet pour le Grand Ouest.

La négation de l’état de droit, des promesses et de la parole donnée portent au grand jour le « monde nouveau » d’Emmanuel Macron, dans le droit fil de la politique conduite par son prédécesseur François Hollande.

Alors que le quinquennat s’engageait dans une voie de réformes ambitieuses, cette décision porte un coup d’arrêt au courage politique qu’Emmanuel Macron prétendait incarner. Elle permet de mesurer la difficulté qui sera désormais celle de tous les porteurs de projets innovants sur le territoire français, qui a tellement besoin de se projeter dans l’avenir avec confiance et sérénité.

Après le fiasco de l’écotaxe qui aura coûté aux Français un milliard d’euros, ce renoncement coûtera encore plusieurs centaines de millions aux contribuables. En deux ans, l’État aura jeté par la fenêtre 1,5 milliard d’euros d’argent public, sans compter les millions d’heures de travail des juges, des ingénieurs, des architectes, et de tous ceux qui auront collaboré à ce grand projet de territoire.

Je souhaite saluer l’engagement des acteurs nantais et régionaux, en particulier ceux du monde économique, sur ce dossier qu’ils ont porté avec une détermination sans faille depuis de nombreuses années. Ce sont les forces vives du territoire qui ont fait, font et continueront de faire l’attractivité et le dynamisme du Grand Ouest, en dépit des renoncements itératifs d’un État impotent.


COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE FRANCK LOUVRIER

Abandon du projet aéroportuaire du Grand Ouest

La décision annoncée ce jour par le gouvernement est un parjure démocratique, le choix de la décroissance et le recul de l’autorité de l’Etat.

Nous nous sentons trahis et lâchés devant cette capitulation en rase campagne.

La loi de la minorité s’impose sur celle de la majorité. Elle fera jurisprudence et contribue à la décrédibilisation de la démocratie locale et à l’immobilisme de notre pays. C’est l’abandon de la République décentralisée au profit de la République des « zadistes ». Ce reniement discrédite la parole de l’exécutif. Il y aura un avant et un après Notre-Dame-des-Landes.

Les habitants de l’Ouest se souviendront de ce choix coûteux, contraire au développement économique de notre territoire. Malheureusement nos enfants le subiront.


COMMUNIQUE DE PRESSE DE DANIELLE RIVAL ET GATIEN MEUNIER Conseillers Départementaux du canton de La Baule-Escoublac

Abandon du projet NDDL

Danielle RIVAL et Gatien MEUNIER, Conseillers Départementaux du canton de La Baule-Escoublac dénoncent avec fermeté la décision du Gouvernement d’Édouard PHILIPPE d’abandonner le projet de transfert de l’aéroport de Nantes Atlantique à Notre-Dame-des-Landes.

Cette décision constitue un véritable déni de démocratie pour les habitants de Loire Atlantique qui se sont massivement prononcés pour ce transfert et pour les élus locaux favorables, dans leur très grande majorité, à ce projet.

Par cette décision, le Gouvernement donne raison aux Zadistes qui occupent illégalement des terrains sur place.

Cette décision constitue également une attaque contre la justice qui a toujours rejeté les recours déposés par les opposants au projet.

Cette décision est lourde de conséquences pour notre territoire, pour nos communes et notre Département.

En annonçant vouloir relier les aérogares de l’ouest aux aéroports parisiens, le Gouvernement prouve une nouvelle fois sa volonté de tout centraliser, dans une vision purement jacobine.

Pour Danielle RIVAL et Gatien MEUNIER, en s’attaquant à ce projet, après s’être attaqué au Grand Port Maritime Nantes-Saint-Nazaire, le Gouvernement nuit au développement et à l’attractivité de la Loire Atlantique.

Cette décision est lourde de conséquences pour nos territoires et nos habitants.


COMMUNIQUE DE PRESSE DE JULIEN BAINVEL

Aéroport : un choix d’une exceptionnelle gravité !

Le Premier ministre va annoncer que le Gouvernement abandonne le projet de transfert de l’aéroport de Nantes à Notre-Dame-des-Landes.

Cette annonce, si elle ne constitue pas une surprise, n’en reste pas moins d’une gravité absolue :


- Comment pourrons collectivement exiger le respect de la justice Française alors que le Président de la République et le Premier ministre humilient l’institution judiciaire qui s’est prononcée à 180 reprises en faveur du transfert à Notre-Dame-des-Landes ?
- Comment ramener nos concitoyens aux urnes et lutter efficacement contre l’abstention et les extrêmes alors que le Président de la République et le Premier ministre nient le suffrage universel et la consultation ayant réuni plus de 51% de participation et un résultat sans appel en faveur du transfert ?
- Comment redonner confiance en l’Europe alors que le Président de la République et le Premier ministre vont à l’encontre des positions exprimées par la commission Européenne ?
- Comment enfin obtenir le respect de nos forces de l’ordre et de l’État de droit quand le Président de la République et le Premier ministre laissent des individus s’approprier les terres d’autrui, saccager la ville de Nantes et faire régner la terreur dans les communes riveraines. Même s’il décide l’évacuation de la ZAD, le Gouvernement donne raison à celles et ceux qui ont agi de la sorte ces dernières années.

Si cela n’était pas suffisant, la décision de maintenir l’aéroport à Nantes Atlantique va durablement et fortement casser la dynamique de la Métropole nantaise. La concurrence qui fait rage avec les Métropoles de Rennes et Bordeaux sera faussée par la décision du Gouvernement laquelle freinera fortement notre développement.

Enfin, chacun comprendra aisément qu’aucun projet ne verra le jour rapidement (s’il devait aboutir un jour) à Nantes Atlantique tant les contraintes réglementaires et juridiques sont importantes.

La décision du Gouvernement est donc grave pour la Métropole nantaise mais encore plus pour la justice, l’État de droit, l’Europe et la démocratie.

Cette décision fait honte à nos institutions et à notre démocratie et discrédite totalement le Président de la République et