UMP 44

ACCUEIL > Mission d’information relative aux politiques agricoles au Conseil Général

Actualités

Mission d’information relative aux politiques agricoles au Conseil Général

Monsieur le Président, Mes chers collègues,

Le Conseil Général a créé, à la demande du Groupe Démocratie 44, une Mission d’information et d’évaluation relative aux politiques agricoles. Les débats et les échanges ont été de qualité et ont permis de faire un large tour d’horizon des politiques départementales et de leur évolution au cours des dernières années.

Je regrette et j’ai eu l’occasion de vous le dire, que Claude GAUTIER, élu rapporteur de la mission, à l’unanimité, n’ait été associé à aucun moment à la rédaction du pré-rapport. Nous avons demandé à compléter ce rapport d’un certain nombre de points qui avaient été passés sous silence dans la version initiale. La version qui nous est présentée aujourd’hui me parait plus cohérente et reflète davantage la réalité des débats qui ont eu lieu au cours de nos discussions. Après la présentation de Claude Gautier, je me permets quelques remarques.

Il y a quelques mois, le monde agricole était appelé à élire ses représentants au sein de la Chambre Départementale d’Agriculture.

À cette occasion, les électeurs ont reconduit la majorité, élue six ans auparavant, créant un changement inédit à la tête de cet organisme consulaire.

Le résultat est clair, net. Il ne m’appartient pas de le commenter, tout comme il n’appartient pas au Conseil général de le nier ou de le contourner.

C’est la raison pour laquelle, je souhaite que le Département retrouve des positions et relations normales avec la Chambre d’Agriculture. Notre interlocuteur ce ne sont pas les syndicats agricoles, mais la Chambre au sein de laquelle toutes les sensibilités sont représentées.

Le deuxième sujet sur lequel je souhaite revenir concerne le financement de CAP 44 qui en réalité propose les mêmes actions que la Chambre et entre en concurrence avec elle, ce qui n’est pas acceptable. Il en va de même pour la Coopérative d’Installation en Agriculture Paysanne financée par le Département pour des missions réalisées par la Chambre. Or il y a ici 100 000 € de subventions départementales en jeu.

Le troisième point que je souhaite aborder m’éloigne du rapport mais concerne la situation du monde agricole et plus particulièrement l’élevage.

Une grande manifestation a eu lieu ce week-end à Paris car les éleveurs souffrent de la hausse des prix. Il est impératif que les accords interprofessionnels signés le 3 mai 2011 avec la grande et moyenne distribution s’inscrivent dans les faits. Selon cet accord, si le coût de revient dépassait le prix payé, les distributeurs s’engageaient à une revalorisation en direction des producteurs. Aujourd’hui, cet accord n’est pas respecté et la hausse des cours mondiaux de l’aliment pour bétail a renchéri les coûts de production.

Je rappelle également la nécessité de rendre obligatoire l’étiquetage sur l’origine des produits. Les Français ont le droit de savoir d’où provient ce qu’ils mangent. Il est urgent que le Gouvernement réagisse clairement sur ce dossier.

J’en termine avec le défi que nous devons relever de la reprise d’exploitation et de l’installation des jeunes. Nous avons ici beaucoup à faire pour limiter au maximum la disparition d’exploitations. Un travail important doit être mené pour accompagner les jeunes dans la reprise ou la création d’exploitations car c’est bien là le seul moyen de conserver sur notre territoire une agriculture viable, durable et de qualité.

Je vous remercie.

André TRILLARD, Président du Groupe Democratie 44