UMP 44

ACCUEIL > Message de Laurence GARNIER

Actualités

Message de Laurence GARNIER

Daviais c’est la honte de Nantes

Le 6 septembre 2018, Laurence Garnier s’est exprimée devant la presse locale sur la situation du square Daviais. Retrouvez ici l’essentiel de son message :

Les migrants du square Daviais, entassés dans des tentes, survivent dans des conditions inhumaines depuis plusieurs semaines. Ils étaient 150 en juillet, ils sont près de 800 en septembre, combien seront-ils au début de l’hiver, si on continue de ne rien faire ? Cette crise humanitaire et politique s’enlise chaque jour davantage.

D’un point de vue humanitaire l’urgence est de trouver des solutions pour mettre à l’abri ces personnes. La priorité est de rétablir le dialogue entre l’Etat et la Ville de Nantes. Le Maire de Nantes doit faire jouer la coopération des territoires, notamment avec Rennes et Saint-Nazaire, afin que ces personnes soient dignement prises en charge, le temps d’étudier leurs situations administratives.

La situation de Nantes est inédite. L’afflux de migrants y est exceptionnel. Partout en France la demande d’asile se stabilise ou diminue. Alors pourquoi Nantes attire à elle plus que d’autres villes ? Manifestations violentes, émeutes, fiasco de NDDL, blocage de l’Université, notre ville est devenue le symbole du laxisme des pouvoirs publics.

L’attitude du Maire de Nantes qui consiste à renvoyer la balle à l’Etat n’est pas au niveau. Bien sur l’Etat est responsable de la politique migratoire, mais se cacher derrière ce prétexte quand on préside la 6ème métropole de France n’est pas suffisant.

Le discours d’accueil inconditionnel est à côté de la réalité. La réalité s’impose à nous et le square Daviais en est la preuve : notre territoire ne peut pas accueillir durablement ces migrants. Les personnes déboutées du droit d’asile doivent être raccompagnées dans leur pays pour qu’il soit possible d’accueillir à long terme et d’intégrer ceux qui étaient en danger dans leur pays.

Quelle idée se fait on de la dignité humaine quand on offre pour seul horizon le square Daviais ou la clandestinité ?

L’exil n’est ni un horizon ni un idéal, ayons le courage de porter ce message clair, loin des contorsions du Maire de Nantes.