UMP 44

ACCUEIL > Message de Bruno Retailleau

Actualités

Message de Bruno Retailleau

Nantes, le 7 septembre 2017


Chers Amis,

Comme vous le savez, la loi me donne l’obligation de choisir entre mon mandat de Sénateur de la Vendée et celui de Président du Conseil régional des Pays de la Loire.

Après plusieurs semaines de réflexions et de consultations, j’ai décidé de poursuivre mes fonctions parlementaires et je tenais à vous faire part des raisons qui m’ont conduit à faire ce choix.

Un choix qui pour moi, est d’abord un choix contraint. En effet, j’ai toujours considéré que l’articulation d’un mandat national et d’un mandat local constituait pour nos concitoyens la garantie d’être représentés par des élus enracinés, guidés d’abord par l’intérêt de leurs territoires plutôt que par des intérêts partisans. En fragilisant cette articulation au moment même où la fracture territoriale déchire notre tissu national, je crains que notre démocratie y perde en proximité et en efficacité.

Mais malgré mes réserves à l’égard de cette règle, je suis naturellement respectueux des lois de notre République et j’ai donc dû choisir en conscience, avec un seul critère : déterminer là où je serai le plus utile à mon pays, ma région mais aussi ma famille politique.

Choisir de rester Président du Conseil régional eut été un choix exclusif, ne me permettant plus d’être parlementaire, Président du groupe majoritaire au Sénat, et donc de peser à Paris sur les grandes décisions qui engagent l’avenir des Pays de la Loire, comme je crois l’avoir fait sur un certain nombre de dossiers majeurs : l’obtention auprès du Gouvernement de la renégociation du contrat de plan Etat Région sur le désenclavement ferroviaire ou la téléphonie mobile, le lancement des études pour la réalisation des nouveaux franchissements de la Loire ou même le combat que j’ai mené pour préserver l’ancrage de STX dans notre région.

A l’inverse, demeurer parlementaire me permet de continuer à servir les Ligériens à la Région, en tant que conseiller régional puisque la loi m’y autorise, mais aussi au Sénat, auprès des grandes institutions de notre République, pour porter les grands projets de développement dont les Pays de la Loire ont besoin.

Par ailleurs, alors que notre famille politique a traversé des épreuves difficiles et qu’une fois de plus, le spectre de la division ressurgit, je considère que les responsables de la droite ont un devoir de combattivité. Malgré les déceptions, les trahisons, nous devons construire une opposition solide et intelligente à la politique d’Emmanuel Macron, notamment au Sénat où la droite et le centre sont majoritaires et qui, à ce titre, peut constituer le fer de lance de la reconquête. C’est à cette mission que je veux me consacrer, à la tête du groupe Les Républicains à la Haute Assemblée, mais plus largement au sein de notre famille politique, en contribuant à la refondation de notre projet pour la France et les Français.

Naturellement, cette décision constitue un arrachement. Elu conseiller régional en 1998, tête de liste aux élections régionales de 2015 puis Président de la Région, j’ai construit, avec d’autres, une majorité composée d’hommes et de femmes de qualité, partageant une même vision des Pays de la Loire synonyme de liberté, d’identité et de solidarité.

Ce choix, je le fais cependant en toute confiance car c’est un choix serein autant qu’un choix d’avenir.

Depuis son élection, la majorité régionale a déjà mis en œuvre la quasi-totalité des grands engagements sur lesquels nous avons été élus par les Ligériens. De l’adoption du pacte régional pour la ruralité à la nouvelle stratégie économique de la Région, en passant par le plan de relance de l’apprentissage, le schéma routier régional, le nouveau plan santé, la feuille de route pour la transition énergétique ou les mesures d’économies pour enrayer la spirale de la dette régionale, nous avons posé les bases du projet pour la mandature.

Par ailleurs, la majorité régionale a émis collectivement le souhait que Christelle MORANÇAIS soit candidate à la présidence de notre Région. Vice-Présidente du Conseil régional en charge de l’emploi et de la formation, chef d’entreprise et élue municipale, Christelle MORANÇAIS est une battante, c’est une femme qui connait les réalités concrètes auxquelles notre collectivité est confrontée. Issue de la société civile, appartenant à une nouvelle génération d’élus, elle incarne pleinement le renouvellement que souhaitent nos concitoyens. Christelle MORANÇAIS a toute ma confiance pour devenir la première Présidente de la Région des Pays de la Loire. Je ne ménagerai pas mon soutien pour qu’elle puisse réussir sa nouvelle mission.

C’est pourquoi je serai à ses côtés, avec l’ensemble des élus régionaux, pour franchir cette nouvelle étape. J’assumerai pleinement la mission qu’il me revient désormais d’exercer, celle de Conseiller régional et de Président de groupe Les Républicains au Sénat, mobilisé pour faire entendre à Paris la voix des Pays de la Loire et porter nos couleurs et nos valeurs au plan national.

Quoi qu’il en soit, je serai toujours l’un des vôtres, mobilisé avec vous pour mener dans les Pays de la Loire les futures batailles que nous devrons remporter.

Vous assurant de mon engagement et de ma détermination, je vous prie de recevoir, Chers Amis, l’expression de mes sentiments les meilleurs

Bruno RETAILLEAU