UMP 44

ACCUEIL > La Lutte contre les fraudeurs est avant tout une question de justice sociale

Actualités

La Lutte contre les fraudeurs est avant tout une question de justice sociale

Le gouvernement et les organismes gestionnaires ont intensifié la lutte contre la fraude ces dernières années ; le ministre Xavier Bertrand a cependant insisté sur la nécessité de cibler d’avantage ces contrôles pour en accroître le rendement.

Dans un contexte budgétaire contraint, la lutte contre la fraude, qui est estimée en France à plus de 4 milliards d’euros, est plus que jamais au cœur de nos préoccupations, tant pour maîtriser les dépenses publiques que par souci d’équité.

Les Comités Opérationnels Départementaux Anti-Fraude (C.O.D.A.F.), installés il y a un an dans tous les départements sont désormais les seules structures administratives en charge de la lutte contre les fraudes. Leur rôle est d’améliorer l’efficacité du travail en coordonnant l’action de l’ensemble des différents services et acteurs engagés sur les trois champs de la réglementation (travail, sécurité sociale et fiscalité). Cette approche permet désormais d’intervenir de manière transversale et collaborative.

Pour passer à la vitesse supérieure, le Ministre de la Santé a annoncé que les pénalités financières et administratives vis-à-vis des fraudeurs allaient se durcir et que le travail des CODAF allait s’intensifier.

Je me félicite de ces décisions, car la légitimité de l’Etat repose dans la capacité à faire respecter les règles. La lutte contre les fraudeurs est avant tout une question de justice sociale.