UMP 44

ACCUEIL > LES PRODUCTEURS DE MACHE EN DANGER

Actualités

LES PRODUCTEURS DE MACHE EN DANGER

COMMUNIQUE D’ANDRE TRILLARD

Défense du monde rural : les producteurs de mâche en danger

Le sénateur André Trillard fait le constat d’un manque d’harmonisation des taxes et redevances au niveau européen porte une nouvelle fois préjudice à notre agriculture et plus précisément aux producteurs de mâche de Loire Atlantique.

Ces producteurs doivent supporter un taux de Redevance pour Pollution Diffuse (RPD) dont l’application représente un montant de 700 à 1000 EUR par hectare. Si tous les concurrents des producteurs français étaient logés à la même enseigne, cela permettrait une concurrence saine et équitable entre ceux-ci, mais c’est loin d’être le cas.

Effectivement, en fonction des produits utilisés, les taxes sont à 6,8 EUR, 21 EUR et 71,8 EUR/ hectare en Italie et la Belgique, quant aux producteurs espagnols, ils ne s’acquittent d’aucune taxe.

L’amendement que j’ai soutenu au Sénat propose un changement de catégorie de la Redevance pour Pollution Diffuse qui ramènerait la taxation à hauteur de 170 EUR, 321 EUR et 436 EUR par hectare en France (toujours en fonction des produits utilisés).

La baisse substantielle de cette taxe permettra aux producteurs français et particulièrement de Loire Atlantique où la production de mâche représente 80% de la production nationale et la moitié de la production européenne, à conserver leur place de leader européen. Ceci alors même que la filière subit de plein fouet une baisse des prix de 20 à 30% du fait d’une surproduction consécutive à la douceur de ce début d’hiver.

« En dépit de ma détermination, cet amendement a été rejeté au prétexte d’une perte de recettes pour les agences de l’eau, une fois de plus le gouvernement préfère privilégier les revenus de ses institutions au détriment des revenus et de l’emploi du monde rural. Je reviendrai avec de nouvelles propositions afin de soutenir les producteurs de mâche qui sont l’un des fleurons du secteur maraicher de Loire Atlantique. Le combat continue »