UMP 44

ACCUEIL > L’Ouest de la France ne doit pas être le grand oublié du Schéma National des Infrastructures de Transport

Actualités

L’Ouest de la France ne doit pas être le grand oublié du Schéma National des Infrastructures de Transport

Si je partage la philosophie générale du Schéma National des Infrastructures de Transport qui intègre parfaitement la stratégie de rupture du Grenelle de l’environnement dans notre pays, j’ai le sentiment que l’ouest de la France est le grand oublié de ce schéma.

Le concept d’Arc Atlantique prôné par Olivier Guichard et d’une vision globale d’aménagement de cette partie du territoire est indispensable pour renforcer l’ancrage européen de l’ouest de la France.

L’ouest de la France et la Région des Pays de la Loire possèdent des atouts pour le développement de notre pays et le rayonnement de l’Europe sur la façade atlantique.

Les liaisons routières et ferroviaires doivent être bien sûr ouest-est mais surtout nord-sud dans cette vision de l’Arc-Atlantique.

Les liaisons routières et ferroviaires de l’Angleterre au Havre pour rejoindre le Portugal par l’autoroute des estuaires devront passer par la métropole Nantes-St Nazaire et ses grandes infrastructures. Il reste donc un maillon à construire passant par un franchissement de la Loire à l’ouest de Nantes car le périphérique de Nantes n’aura pas la capacité d’absorber le trafic à l’horizon 2030.

Dans cette optique, le grand port maritime doit faire l’objet d’un plan ambitieux de développement.

La prolongation dans l’ouest de la France de l’autoroute des estuaires dans son axe nord-sud, le franchissement de la Loire à l’ouest de Nantes et l’ambition d’un grand port maritime répondent aux critères du SNIT (désenclavement, équité territoriale, sécurité.)

Le Gouvernement, par la voix du Premier Ministre, a demandé le 14 septembre 2010 au Préfet de reprendre les études afin d’examiner les améliorations, les aménagements d’infrastructures nécessaires aux problématiques d’accès de la plateforme aéroportuaire de Notre Dame des Landes et du grand port maritime.

Je suis convaincu avec le Conseil Régional des Pays de la Loire, le Conseil économique, social et environnemental de cette vision qui s’inscrit dans une démarche de développement durable.

Pour toutes ces raisons, je me réjouis de l’union sacrée qui règne entre les élus des différentes collectivité locales de la région en faveur de l’inscription de l’ensemble des dessertes routières, ferroviaires et maritimes et notamment d’un nouveau franchissement de Loire dans le Schéma National des Infrastructures de Transport qui dessine la France de 2030.