UMP 44

ACCUEIL > Intervention de F. PINTE en session le 5 février 2015

Actualités

Intervention de F. PINTE en session le 5 février 2015

Monsieur le Président, mes chers collègues,

Les évènements dramatiques de ces dernières semaines nous invitent tous à un regard sur l’évolution de notre société, sur les fléaux nouveaux qui menacent un modèle auquel nous sommes tous attachés.

Ils nous obligent aussi à privilégier dans l’action publique ce qu’elle a de plus noble, l’intérêt collectif. Ils nous obligent à agir de la place qui est la nôtre.

Voilà pourquoi nous nous sommes associés à la démarche de la Région en proposant nous-mêmes toute une série d’actions dont la plupart, et je vous en remercie, ont été retenues dans le texte d’étape : Symbole républicain : moyens pour amplifier les actions éducatives orientées sur la laïcité et la lutte contre l’antisémitisme, mais nous serons aussi très vigilants au suivi de son application, car force est de constater que beaucoup d’éléments de la loi Peillon n’avaient pas été mis en œuvre.

Et nous n’oublierons pas dans les mesures à mettre en place le volet sécurité dans les lycées publics ou privés, j’insiste sur ce point, parce que la sécurité d’un lycéen n’a pas de prix et je n’imagine pas la moindre discrimination sur ce terrain.

Ce débat nous aura aussi permis de savoir qu’une ligne sécurité existe bien dans le budget éducation mais qu’elle n’est pas identifiée comme telle. De même nous avons appris qu’une enquête sur la sécurité des lycées avait été commandée par le passé à un ancien directeur départemental de la sécurité publique sans qu’aucune information ne nous aient été faite. Je demande que toute la lumière soit faite sur cette commande publique et que soient rendues publiques les préconisations auquel j’imagine cette enquête a donné lieu.

Vous le voyez, l’unité nécessaire et notre attitude responsable de ce matin ne remet pas en cause nos différences et le rôle de chacun dans cet hémicycle. Notre rôle d’opposants c’est d’être, certes constructifs, mais c’est aussi de ne rien laisser passer, contrôler et dénoncer le moindre écart de procédure, la moindre dépense inutile.

Oui, Monsieur le Président, chacun doit bien savoir que la Région n’est pas gouvernée par l’UMPS !

Oui, nous ne sommes pas l’UMPS, pas plus ici que dans le Doubs où vous nous appelez au secours au nom d’un front républicain qui vous sert d’alibi, mais qui n’est pas et vous le savez l’adversaire du FN, mais son meilleur allié. Vous êtes les principaux responsables de cette montée du FN parce que vos promesses impossibles n’ont pas été tenues. Où sont à votre avis les 9.000 voix qui manquent au 1er tour au candidat socialiste et quel message leur adressez-vous ?

Alors de grâce, laissez vos appels à la morale de côté. Personne sur nos bancs ne votera jamais FN. Je ne voterai jamais FN, mais je n’introduirai aussi jamais de proportionnelle pour les faire rentrer à l’Assemblée Nationale comme vous l’avez fait en 1986 et comme François Hollande s’apprête à le faire en 2017. Ce ne sera alors pas 1, pas 3 FN, pas 35 mais un nombre bien plus dangereux pour le République. Prenez au moins si vous êtes sincère l’engagement de ne pas soutenir une telle mesure.

Oui la région est dirigée par le PS – PC - Vert que nous combattons, je l’ai dit, de façon constructive mais sans concession depuis maintenant plus de 10 ans !

Parce que oui notre gestion serait différente si nous l’avions dirigée durant cette période.

Parce que oui nous n’aurions pas augmenté les impôts des particuliers et des entreprises de 22% comme vous l’avez fait dès votre arrivée, contribuant à la perte de pouvoir d’achat pour les uns et à la baisse de compétitivité pour les autres.

Parce que nous n’aurions pas augmenté le taux des cartes grises de 85 % en 10 ans.

Parce que nous n’aurions pas porté la TIPP régionale au plafond autorisé, handicapant principalement les plus faibles.

Parce que nous n’aurions pas embauché, sans compter, plus de 250 personnes, hors transfert de compétence, alourdissant la capacité d’agir de la Région et la faisant au fil des ans passer d’une collectivité de mission qu’elle était en 2004 à une collectivité de gestion.

Parce que nous n’aurions pas multiplié les antennes régionales à l’heure où le rapprochement des collectivités est un devoir.

Parce que nous n’aurions pas pris en charge l’administration d’un hôtel comme celui de Fontevraud à plus de 300 000 euros la restauration de la chambre.

Parce que nous n’aurions pas multiplié les subventions à moins de 3000 euros où l’instruction coûte plus cher que la subvention elle-même et qui s’apparente plus à du clientélisme.

Parce que nous n’aurions pas multiplié les voyages bien souvent inutiles pour l’économie régionale.

Parce que nous n’aurions pas dépensé sans compter comme vous en communication parce qu’il vous faut absolument faire savoir tout ce que vous faites !

Alors au final me direz-vous c’est le résultat qui compte.

A vous entendre, à lire les articles de votre conférence de presse la gestion est parfaite. Tout va très bien madame la Marquise. Personne ne s’est interrogé l’espace d’une seconde si cette politique avait des résultats. Personne ne s’est interrogé, par exemple, si le nombre de chômeurs avait diminué dans notre région. Ou au moins que l’écart flatteur qui nous séparait de la moyenne nationale s’était maintenu. Personne ne l’a évoqué et vous le savez bien parce que les derniers chiffres du chômage parlent d’eux même en Pays de la Loire il y a 304 500 demandeurs d’emploi catégorie A B C, c’est 56 % de plus que le jour de votre élection comme Président de Région quand la moyenne nationale pour la même période est de 49%. La Région a la 3ème plus forte hausse sur 1 an derrière la Corse et l’Aquitaine. Voilà un tweet que M. Clergeau s’est bien gardé de faire ! Voilà pourtant votre résultat. Mais cela vous l’ignorez, vous restez hors sol, l’autosatisfaction à laquelle nous avons assisté ce matin est indécente quand tant de Ligériens souffrent au quotidien, quand tant de Ligériens sont atteints par le chômage.

Et ne me dites pas que la Gauche vient d’arriver au pouvoir au niveau national et que c’est l’héritage !

Vous y êtes depuis 3 ans

Que la conjoncture est mauvaise

Jamais les facteurs extérieurs n’ont été aussi bons

Coût du Pétrole en baisse de 60%

Parité dollar/euro très favorable

Taux d’intérêt historiquement bas

Jamais nous avons rencontré un contexte si formidable lorsque nous étions au pouvoir.

Alors qu’aurions nous fait au moins depuis trois ans ?

Nous aurions poursuivi au niveau national les économies nécessaires pour limiter la baisse des dotations de l’Etat que vous imposez aux collectivités alors que nous le savons tous, elles représentent 70 % des investissements de notre Pays.

Après avoir cassé l’investissement immobilier en le confiant à des écologistes irresponsables : 300 000 logements lorsque vous en aviez promis 500 000 ! Après avoir cassé la production industrielle qui est à son plus bas niveau depuis 1994 C’est l’investissement des collectivités qui est aujourd’hui stoppé et qui ne peut annoncer que de la décroissance !

Sans que cela ne semble vous gêner aux entournures par rapport à la position que vous aviez à l’époque lorsqu’il n’était question que de stagnation des dotations !

Mais heureusement M Vaugrenard est parti avec son compteur !

Alors la Région tente tant bien que mal de combler cette baisse par de l’emprunt parce qu’elle croit encore le pouvoir. Mais l’emprunt ne peut être et ne peut devenir la variable d’ajustement des finances de la Région. Comme le disait très justement l’ancien rapporteur général du budget du CESER lors de ses travaux, l’emprunt n’est pas un concept, il est bien réel et il va falloir le rembourser un jour au prix de sacrifices. Je laisserai mon ami Laurent Dejoie développer ce point. Mais chacun aura pu constater en vous entendant Monsieur le Président, que vous étiez sur la défensive ce matin, tentant de défendre maladroitement un endettement excessif, non prévu qui pénalisera, quoique vous en disiez, les générations futures.

Oui vous êtes sur la défensive tentant de défendre une gestion laxiste et hasardeuse que nous dénonçons.

Alors on sait que vous espérez un jour pouvoir lever de nouveaux impôts pour combler cette dette mais après avoir réclamé cette possibilité à la Droite, vous êtes bien obligé d’admettre que vos amis de gauche ne sont pas très pressés d’y répondre !

Oui Monsieur le Président, il y a une autre gestion possible qui ne remet pas en cause l’ambition que nous pouvons avoir pour notre territoire. Mais cette politique régionale ne peut trouver sa pertinence que si elle est mise en place en harmonie avec une politique nationale courageuse et qui refait confiance à l’entreprise seule créatrice de richesses pour notre pays.

Alors si rien ne vient, il vous faudra bien faire plus d’économies que celles que vous tentez là aussi de nous faire croire !

Les dépenses de fonctionnement ne sont pas en baisse. Elles passent de 805 millions au BP 2014 à 819 millions pour 2015. Et surtout elles augmentent beaucoup plus vite que les recettes de fonctionnement 37 Millions d’impact cette année !

Ces dépenses ne sont pas plus réellement soumises à des actions de maîtrise. J’en veux pour exemple les dépenses de personnel. L’enveloppe destinée aux TOS ce qui n’est pas la moindre des dépenses de la région, plus de 90 millions d’euros, est en hausse de 5,5 millions.

Je veux stopper là les répliques habituelles. Non, nous ne voulons pas affaiblir le service assuré aux Lycéens. Non, nous ne voulons pas démembrer les effectifs des Lycées.

Mais simplement regarder les choses en face plutôt que de les dissimuler. Je lis que vous trouvez motif à des dépenses supplémentaires de TOS par l’ouverture de 3 lycées nouveaux. Votre rapport passe sous silence la fermeture simultanée de 2 lycées ! (Vial et Leloup-Bouhier).

En matière de formation, Monsieur Clergeau, jamais avare d’un tweet de satisfécit se vante de l’action régionale en matière de formation. Il oublie dans ce message d’indiquer que le montant consacré à la région en 2015 pour l’apprentissage est en baisse de 8,3 millions et qu’en conséquence on compte 1500 apprentis de moins que l’an passé !

Je note encore dans le domaine de la formation qu’il aura fallu la dernière année de votre mandat pour que les demandes légitimes de l’UIMM soient enfin globalement retenues alors qu’un blocage inexplicable prévalait jusqu’ici. Vous vous en êtes félicité M. le président à l’occasion de vos vœux sans vous demander pourquoi cela n’a pas été fait avant !

En matière de politique transport, Sophie Jozan mettra en exergue votre imprudence à avoir trop privilégié le matériel au moment où les comportements évoluent, alors qu’il aurait certainement fallu anticiper une participation aux infrastructures.

Autres différences avec vous, nous pensons que vous avez manquez d’influence pour défendre les ligériens comme M. le Drian a défendu les bretons. Ce n’est pas vous faire offense que de dire cela c’est un constat, pour le contrat de plan et nous y reviendrons demain comme pour les Fonds européens dont nous avons désormais la gestion et qui sont là encore moins dotés pour chaque Ligérien que pour chaque Breton.

Et puisque vous avez choisi, ce qui nous semble pertinent de porter directement la gestion des fonds FEDER, je veux simplement par un exemple démontrer le parti pris de cette gestion : vous avez refusé d’engager la discussion avec l’union régionale de la propriété immobilière qui souhaitait que les aides FEDER relatives au secteur du logement social soient aussi accessibles au logement privé comme d’ailleurs le prévoit le dispositif européen. Cela aurait été pourtant un levier intéressant pour l’emploi dans le secteur du bâtiment à un moment où comme je l’ai dit plus haut, la loi de Madame Duflot a naufragé ce secteur essentiel pour notre économie.

Et que dire des fonds européens des affaires maritimes et de la pêche (FEAMP) ou des dizaines de projets sont bloqués par l’inaction de l’Etat et des Conseils Régionaux, comme vient de le dénoncer notre Député Européen, Alain CADEC. Entrés en vigueur en mai 2014, sa mise en œuvre en France se fait toujours attendre. L’Etat socialiste reste incapable d’élaborer un programme opérationnel en collaboration avec les Conseils Régionaux. Des dizaines de projets d’investissement se trouvent ainsi bloqués, ce qui met en danger plusieurs entreprises de pêche.

Je veux enfin conclure ce bilan en disant que l’action ne nécessite pas forcément de dépenses. Même pour l’investissement ! J’en viens donc à l’aéroport du grand-ouest. Voilà un investissement prêt à réaliser par un opérateur privé, un investissement qui va générer des milliers d’emplois. Voilà un projet qui a patiné tout au long de votre présidence Monsieur Auxiette, prisonniers êtes-vous, comme vos amis socialistes au gouvernement d’un mauvais accord avec les Ecologistes ici dans l’hémicycle, au Parlement et jusqu’à la tête de l’Etat.

Tous les arguments écologistes ont cédé devant les tribunaux et les indications chiffrées du trafic de l’actuel aéroport démontrent sa saturation : 40.000 mouvements d’avions en 2010, 48.000 en 2014, le cap de 4 millions de passagers franchi !

Le problème c’est donc bien la gauche qui amplifie les difficultés au lieu de les résoudre, qui a tellement augmenté les impôts au plan local, départemental, régional, national que l’économie est exsangue, les entreprises hors-jeu de la compétitivité. Ni les subventions que vous proposez ni le CICE que vante l’Etat ni même la mini-réforme de Monsieur Macron dont l’impact est estimé à 0,1%de croissance n’y changeront rien !

La situation est tellement catastrophique que vous les socialistes perdez même de vue votre propre parti. Ainsi, Monsieur Clergeau vous félicitez vous, toujours dans vos tweets de la victoire de Syriza que vous qualifiez de bonne nouvelle ! N’avez-vous pas oublié le score du PS grec qui était concurrent de Syriza : 4% voilà le score du PS en Grèce. Peut-être est-ce cela la bonne nouvelle si cela préfigure votre score aux prochaines élections dans notre région ! Voilà je l’ai dit et crois en avoir fait la démonstration nous ne sommes pas et nous ne serons jamais l’UMPS ! Et Voilà pourquoi et pour la 10ème fois consécutive nous ne voterons pas ce Budget en espérant que cela sera bien la dernière fois !

François PINTE, Président du Groupe UMP Région des Pays de la Loire