UMP 44

ACCUEIL > Et toujours plus d’impôts...

Actualités

Et toujours plus d’impôts...

Taxer les Nantais ne fait pas une politique !

Le matraquage fiscal s’impose partout ; les promesses de campagne de Mme Rolland ont bel et bien vécu

Après la hausse des tarifs du stationnement (associée à l’extension du périmètre payant), les hausses successives des tarifs de la TAN, la taxe sur les résidences secondaires, l’annonce de la hausse des impôts en 2016, c’est maintenant l’industrie hôtelière qui va subir une hausse de la taxe de séjour : Nantes Métropole a annoncé cette semaine aux hôteliers l’augmentation prévue de la taxe de séjour en 2016. Cette hausse atteint les 100% pour certaines catégories d’établissements.

Sous la précédente mandature, la Ville a progressivement écarté les professionnels de la filière de l’élaboration de la politique touristique en les confinant dans un "Conseil des Acteurs du Tourisme" à vocation simplement consultative lors de la création de la Société Publique Locale du Voyage à Nantes. C’est la double peine pour les hôteliers nantais, qui n’ont pas leur mot à dire mais doivent subir des taxes supplémentaires !

Rappelons que ces acteurs économiques du tourisme, que Jean Blaise traitait de « chantre[s] du libéralisme » il y a un an, représentent 2 000 emplois directs et indirects non délocalisables dans notre agglomération.

Alors que Johanna Rolland s’était engagée à ne pas augmenter les impôts, son double langage entame chaque jour la confiance que lui ont accordée les Nantais.

Laurence GARNIER et le Groupe des élus nantais de la Droite et du Centre


Nantes Métropole : Impôts locaux : la démagogie de Johanna Rolland

En réaction aux propos de la Présidente de Nantes Métropole, Matthieu Annereau Conseiller Municipal de Saint-Herblain, Sandra Impériale Conseillère Municipale de Bouguenais et François Fédini, Conseiller Municipal de Couëron, dénoncent l’attitude irresponsable de la Présidente de Nantes Métropole qui a indiqué vouloir augmenter les impôts en 2016.

Aujourd’hui, face au désastre économique de notre pays et devant le spectacle du gouvernement qui va encore baisser de 30% ses dotations aux collectivités territoriales (perte cumulée totale de 28Md), la Présidente de Nantes Métropole choisit une fois encore de faire peser l’échec du gouvernement qu’elle soutient et sa mauvaise gestion sur le contribuable métropolitain.

Cette annonce est la preuve de "la démagogie" de Johanna Rolland et de sa majorité, qui après avoir poussé des cris d’orfraies lorsque Nicolas Sarkozy avait instauré le simple gel des dotations, se contentent d’une fade protestation face à l’étranglement des collectivités locales.

Il s’agit d’une manœuvre. On peut jouer sur les mots en justifiant que cette promesse de ne pas augmenter les impôts ne concernait que la ville de Nantes. Mais elle était également en campagne pour la présidence de la métropole, alors que les électeurs élisaient directement pour la première fois leurs conseillers métropolitains. Cette justification ne tient donc pas la route, Johanna Rolland prouve simplement qu’elle n’était pas sincère.

Enfin, il faut rappeler que l’effondrement des dotations de l’Etat a été initié par Jean-Marc Ayrault 1er Ministre et conseiller municipal de Nantes jusqu’en 2014. On ne l’imagine pas ne partageant pas l’information avec sa protégée.

Pour terminer, les élus minoritaires rappellent que la candidate Rolland avait prévu d’investir 1,4 milliards d’euros au cours du mandat métropolitain. Aujourd’hui, elle fait référence à un investissement total de 1,7 milliards d’euros. Pourquoi investir plus alors que la métropole n’en a pas les moyens ?

Des efforts sont à faire par toutes et tous. Mais comment faire pour les particuliers et les entreprises avec des impôts qui n’ont cessé augmenter. Il faut donc agir avec responsabilité et trouver davantage de source d’économies. Le maintien du niveau d’investissement passe lui par le développement des partenariats public-privé ou encore le crowdfunding.

Des solutions existent donc sans faire peser davantage sur le contribuable les échecs de la gauche.

Sandra IMPERIALE, Conseillère municipale d’opposition de Bouguenais,

Matthieu ANNEREAU, Conseiller Municipal d’opposition de St Herblain,

François FEDINI, Conseiller Municipal d’opposition à Couëron

et élus communautaires à Nantes Métropole