UMP 44

ACCUEIL > Emeutes à Nantes

Actualités

Emeutes à Nantes

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE LAURENCE GARNIER et le Groupe Union de la Droite et du Centre à Nantes

Après les événements tragiques qui ont touché Nantes cette nuit, Laurence Garnier et les élus de la Droite et du Centre, déplorent le décès d’un jeune homme de 22 ans dans le quartier du Breil.

Les élus de la Droite et du Centre tiennent à apporter tout leur soutien aux habitants du quartier du Breil, ainsi qu’à ceux de Malakoff et de Bellevue, où les violences se sont propagées et qui ont découvert ce matin leurs quartiers dévastés, des voitures incendiées et des équipements publics dégradés.

Ils réaffirment leur soutien aux forces de l’ordre qui réalisent au quotidien un travail indispensable dans les différents quartiers de la ville. « Malgré ce drame, nous ne pouvons tolérer cette escalade de violence que nous condamnons avec la plus grande fermeté ».

Ils demandent que toute la lumière soit faite sur cet événement quant aux circonstances précises qui ont amené le policier à tirer sur le conducteur du véhicule qui faisait alors l’objet d’un contrôle de police. L’enquête permettra de déterminer précisément les responsabilités de part et d’autre des affrontements.

« L’émotion est grande aujourd’hui dans le quartier du Breil à Nantes et l’heure n’est ni à la polémique ni à la petite phrase politicienne. Il est temps cependant d’ouvrir les yeux sur les difficultés que connaissent nos quartiers et d’engager des actions d’envergure, alliant civisme et fermeté, pour restaurer la tranquillité et la sécurité auxquelles tous les Nantais ont droit. », conclut Laurence Garnier.


Réaction de Julien BAINVEL, Élu du quarter Breil Barberie

Les quartiers du Breil, des Dervallières et de Malakoff ont été le théâtre cette nuit de violents affrontements entre forces de l’ordre et une poignée d’habitants souvent jeunes.

Des bâtiments publics, des locaux associatifs, des commerces, des voitures ont été incendiés.

Ces émeutes interviennent après la mort d’un jeune homme abattu par un policier dans des circonstances sur lesquelles la justice devra faire toute la lumière rapidement.

Mes pensées vont naturellement à la famille et aux proches de ce jeune. Mais je tiens à réaffirmer ici que rien n’excusera jamais les violences, les dégradations, les incendies criminels, tous ces actes qui, une fois encore, une fois de trop, nuisent aux quartiers, aux habitants, à la ville.

Les auteurs de ces faits doivent être arrêtés et condamnés sévèrement.

Depuis de longues semaines, et comme chaque année à l’approche de l’été, la situation dans ces quartiers s’est particulièrement tendue.

La ville de Nantes et l’État condamnent les violences et appellent au calme. Aujourd’hui, il est grand temps que chacun prenne ses responsabilités.

L’État doit attribuer des forces de police supplémentaires sur le territoire de la ville de Nantes. La chaine judiciaire doit être respectée et les actes délictueux ou criminels condamnés. L’adjoint à la sécurité de la ville de Nantes doit arrêter de tenir des propos laxistes, appelant encore cette semaine, face aux difficultés de lutter contre les trafics de stupéfiants à légaliser leur vente et leur consommation.

Ce dont nos quartiers ont besoin, c’est d’une présence policière renforcée, de moyens pour lutter contre les trafics en tous genres, d’actions pour libérer l’occupation de halls d’immeubles. Ce dont nos quartiers ont besoin, c’est d’une présence municipale renforcée pour accompagner et soutenir les habitants confrontés chaque jour à un climat tendu, aux rodéos, aux intimidations et invectives, trop souvent dans la plus grande indifférence des pouvoirs publics.

Nos quartiers ont besoin d’actes, plus de paroles !