UMP 44

ACCUEIL > EXPLOSION DES IMPOTS LOCAUX NANTES METROPOLE 2016

Actualités

EXPLOSION DES IMPOTS LOCAUX NANTES METROPOLE 2016

EXPLOSION DES IMPÔTS LOCAUX : PROMESSES TRAHIES ET MANŒUVRES POLITICIENNES



Laurence GARNIER déplore l’explosion des impôts locaux 2016 de Nantes Métropole et la manœuvre de la Présidente de Nantes Métropole qui fera voter cette hausse des taux juste après le second tour des élections régionales du 13 décembre.

Alors que les Nantais subissent déjà des taux d’impôts parmi les plus élevés de France, la Présidente de Nantes Métropole s’apprête à faire voter une augmentation majeure des taux de fiscalité locale.

Les taux d’augmentation de la fiscalité locale à Nantes Métropole seront en effet actés lors du vote du budget 2016 de Nantes Métropole, durant la session du Conseil Métropolitain de mardi prochain 15 décembre.

Dès 2016, la taxe d’habitation va augmenter de 18,5 %, passant de 8,56% à 10,14%.

La taxe sur le foncier bâti va être multipliée par 10, passant de 0,659% à 6,41 %. Je dénonce la double peine imposée aux ménages nantais alors que la taxe d’habitation et la taxe foncière prélevées par la ville de Nantes sont déjà supérieures, respectivement de 15 % et 20 %, à celles des grandes villes françaises.

Concrètement ce sont donc :


- 34 M€ de fiscalité supplémentaire qui vont être levés en 2016
- puis 40 M€ de fiscalité annuelle supplémentaire sur les ménages et les entreprises pour les années suivantes.

Le budget des ménages nantais s’en trouvera considérablement impacté alors que Johanna Rolland avait promis de ne pas augmenter les impôts une fois élue. Encore une promesse non tenue du Maire de Nantes !

Je souligne également que ces taux seront votés lors de la session du Conseil métropolitain du 15 décembre prochain, soit deux jours après le second tour des élections régionales.

Force est de constater que le calendrier politique de la Présidente de Nantes Métropole est guidé par des intérêts électoraux et politiciens qui ne sont pas à la hauteur des enjeux de notre agglomération.

Laurence GARNIER, tête de liste départementale, chef de file de l’oppostion nantaise