UMP 44

ACCUEIL > Conseil communautaire Nantes Métropole du 28 juin

Actualités

Conseil communautaire Nantes Métropole du 28 juin

Intervention de Matthieu ANNEREAU, Ville de Saint-Herblain

Ile de Nantes – Préparation de l’assiette foncière du futur CHU – Démolition des hangars portuaires – Signature du marché de travaux de démolition

Madame la Présidente, mes cher(e)s collègues,

Je profite de cette délibération relative à la préparation de l’assiette foncière du CHU afin de rappeler que le projet de regroupement du CHU sur l’Ile de Nantes a soulevé et soulève encore des interrogations dans de nombreux domaines tant ce dossier est complexe.

Ainsi, début juin, un collectif citoyen a t-il même souhaité faire part non seulement des questions que ce très lourd dossier soulève mais également « lancer l’alerte »… Ce collectif nommé Galéa (et composé de professeurs d’université, d’associations d’usagers de la santé, d’architectes, d’ambulanciers ou encore d’urbanistes) posait ainsi cette question :


- « CHU sur l’Ile de Nantes : une catastrophe programmée ? ». Le collectif qualifiait également le choix de l’Île de Nantes d’ « aberrant » et pointait ainsi 7 grands points « inacceptables » concernant ce transfert : sécurité, risques d’inondations, accessibilité, réserves foncières, urbanisme, finances, démarches ».

Preuve en est que toutes les réponses nécessaires pour calmer les vives inquiétudes de nombre de nos concitoyens n’ont pas encore été apportées.

Ainsi on se pose quand même avec angoisse la question de la résilience face aux crues extrêmes, et cela notamment au regard des terribles inondations et crues qui ont frappé notre pays en 2015 et courant juin de cette année …

Notre agglomération est identifiée comme un territoire à risque d’inondation important (en application de la directive inondation du 23 octobre 2007).

Alors même s’il est noté en annexe 1 du bilan de concertation de préalable à la création de la ZAC Île de Nantes Sud Ouest que « le niveau 0 du CHU sera au dessus de la crue extrême » , au-delà des mots il faut en avoir la certitude absolue. Il est indiqué également qu’un plan d’accès ’hors d’eau’ sera mis en œuvre.

Pouvez-vous donc nous assurer que jamais et en aucun cas le futur CHU ne sera en proie à un quelconque risque d’inondation (tout le monde n’en n’étant pas convaincu…) et nous donner des détails sur le plan d’accès hors d’eau ainsi que sur la stratégie de gestion des risques d’inondations concernant ce projet ?

En ce qui concerne le financement, le coût global qui avoisine le milliard d’euro (soit 976 M€), Madame Touraine en juin 2015, ministre de la Santé, indiquait que le plan financier était monté et qu’il n’y avait aucune crainte à avoir à ce sujet... .

Pourtant, l’opération pourrait augmenter de 30 % car il faudrait recourir à l’installation de pieux à soixante mètres de profondeur pour « trouver un socle solide » comme on a pu le lire dans la presse il y a quelques jours… Cela nous fait nous demander si tout est vraiment si bien anticipé et maîtrisé dans ce dossier.

Aussi, pourriez-vous nous apporter des explications précises sur ces éléments techniques et sur l’évolution éventuelle de l’enveloppe financière ?

Je vous remercie.


Intervention de Sandra IMPERIALE, Ville de Bouguenais



Élaboration du Plan Local d’Urbanisme métropolitain – Débat sur les orientations générales du projet d’aménagement et de développement durables

Madame la Présidente, mes cher(e)s collègues,

Je profite du débat sur le Projet d’Aménagement et de Développement Durables de notre métropole pour soulever un point bien particulier et qui tient très à coeur à beaucoup de Bouguenaisiens comme à bon nombre de Rezéens aussi semblerait-il…

Je voudrais, en effet, parler de la Chaufferie Californie qui est source de beaucoup d’inquiétudes et d’incompréhension chez nos concitoyens impactés par ce projet. Un collectif dit ’collectif contre la Chaufferie de Trentemoult s’est même constitué. Cela démontre d’autant plus le besoin de recréer de l’information et du dialogue autour d’un sujet épineux s’il en est.

A l’heure du débat sur la transition énergétique la question de cet équipement à d’autant plus sa place dans le cadre de nos débats. Et les habitants des Couets à Bouguenais veulent eux aussi inscrire pleinement leur quotidien dans la transition énergétique et le développement durable. Ils sont également pleinement conscients de la nécessité de diversifier les sources de production d’énergie mais ils sont aussi très inquiets concernant la chaufferie de Trentemoult. Et cela notamment car ils estiment ne pas avoir été assez informés, qu’il n’y a pas eu une concertation suffisante alors que ce projet impacterait leur vie de tout leur jour et celle de leurs enfants.

Ce qu’ils ne veulent pas c’est subir un projet qui les inquiète au plus haut point pour les raisons suivantes :


- plus qu’une chaufferie, le projet ressemblerait bien plus à une énorme chaudière de 55 millions de Watts…

- Les résidus de bois qui vont y être brûlés seront très polluants et généreront des particules fines très toxiques. Le fait qu’indiquer que des capteurs vont être posés sur l’installation et que ces données seront publiées n’apaisent leurs craintes.

- Les habitants craignent vraiment que ce gros ’pot d’échappement qui se trouvera à quelques centaines de mètres des habitations des quartiers de Trentemoult et des Couets ne les fasse se retrouver exposés à de fortes concentrations de polluants ainsi qu’à des nuisances sonores générées par les ventilateurs.

- Pour que ces métropolitains soient à ce point effrayés par ce projet c’est aussi parce qu’ils ne se sont pas sentis assez concertés pour l’élaboration du projet, qu’ils n’ont sans doute pas été mis dans la boucle de l’information assez en amont. Ce qui est regrettable à l’heure de la co-construction et de la démocratie participative.

Alors oui les travaux ont été brièvement stoppés pour laisser place à un petit temps d’information avec les habitants mais on voit bien que cela a été insuffisant puisqu’ils ont même été jusqu’au Tribunal Administratif tellement leurs craintes sont fortes. Pour bien faire il faudrait remettre l’ouvrage sur le métier pour construire le projet avec les habitants et ne pas leur donner l’impression qu’il se fera malgré eux…

Les habitants ont noté la proposition du Maire de Rezé de mise en place d’un comité de suivi composé de représentants des riverains et des services de l’État et d’Air Pays de la Loire mais pour apaiser leur crainte il s’agit de suspendre à nouveau le projet le temps nécessaire à une vraie concertation pour le concevoir avec les habitants et peut être même en arriver à la conclusion que l’emplacement envisagé n’est sans doute tout simplement pas adapter à un tel projet.

Je vous remercie.