UMP 44

ACCUEIL > Communiqué de Sandra Impériale

Actualités

Communiqué de Sandra Impériale

La liberté d’usage de la dénomination « Les Républicains » actée

Sandra Impériale, conseillère communautaire UMP, se réjouit que le tribunal des référés de Paris ait rejeté en début d’après-midi le recours contre l’utilisation de l’appellation « Les Républicains ». Nous sommes, en tant que militant, appelés à voter pour ce titre qui sera dans la droite lignée de l’ancien RPR, en laissant plus de place aux mouvements plus progressistes et gaullistes de notre mouvement. Évidemment, j’y suis totalement favorable, pour qu’un nouveau souffle plus intègre, une image moins droitière soit mise en avant.

La procédure intentée violait clairement l’article 4 de la Loi fondamentale disposant que les partis politiques "se forment et exercent leur activité librement".

Preuve de ce même constat, la contre-pétition que j’ai lancée a été signée par plus de 200 personnes en Loire Atlantique. La pétition lancée par la gauche n’était autre qu’une attaque en règle de la liberté d’expression politique, une volonté d’imposer une doxa de gauche qui aseptiserait la polysémie sémantique de notre culture politique. Cette interdiction aurait pourtant poussé encore plus les citoyens à se retrancher vers les extrêmes.

Déjà plus 200 signataires en ligne dans le 44 :
- http://chn.ge/1KhGDLz

Pétition pour la liberté d’utiliser l’appellation : « les Républicains »

Si la République est « une et indivisible », les républicains sont pluriels et variés. C’est bien pourquoi l’ancien parti de l’Union pour Un mouvement Populaire a le droit d’utiliser cette dénomination. La République est issue de « la chose publique » grecque, dit res publica et a été adoptée par bon nombre de pays sur divers continents. La dénomination des « Républicains » a elle-même été choisie par plusieurs organisations politiques. La plus connue aujourd’hui est celle du Parti Républicain Américain. Il est reproché qu’en utilisant le terme « Républicain », l’UMP voudrait américaniser notre société. Et désormais, les socialistes sortent des oubliettes divers mouvements de gauche comprenant le mot « républicain » dans leurs dénominations afin d’intenter une action en justice pour que l’UMP ne puisse se changer en « Les Républicains ». Pourquoi le parti socialiste imposerait-il sa vision de la liberté d’expression ? La République appartient à tout le monde, mais nous savons qu’en fonction des tendances politiques, elle revêt des significations variées. Il y a eu la République parlementaire de la IIIème République, la IVème qui se rapprochait encore de cette dernière. Puis il y eut enfin une lecture plus présidentielle adoptée grâce à l’influence prépondérante du Général de Gaulle, les historiens, in fine parlent alors d’une République Jacobine et Bonapartiste à la fois. Cette interprétation avait l’assentiment plein et entier de la quasi-totalité des partis. Même François Mitterrand, candidat des Républicains à l’élection présidentielle de 1965, et qui avait qualifié cette Cinquième République de « Coup d’État Permanent » finira par chausser les bottes du Général de Gaulle, les historiens de la République qualifiant cette période de « monarchie républicaine » d’un homme de gauche. Le Front National utilise aussi énormément le mot « République » et « les Républicains » depuis plus de dix ans, de même que les partis à la gauche de la gauche. La plupart des historiens savent que la portée du mot "République" est floue et que si on la prend à l’échelle internationale, il est encore plus difficile de la cantonner à une seule signification. Pourquoi les mouvements socialistes se permettent-ils d’impliquer la justice dans ce choix de dénomination ? Ils savent très bien que ce terme ne signifie pas la même chose au cours de l’histoire, dans l’utilisation qui en fut faite par des mouvements de droite et du centre ou encore ceux de la gauche … Il s’agit simplement d’une attaque en règle de la liberté d’expression politique, une volonté d’imposer une doxa socialiste qui aseptiserait la polysémie sémantique de notre culture politique. Cela passerait presque inaperçu au regard du flot d’actualités, c’est pourtant un mal insidieux qui pousse encore plus les citoyens à se retrancher vers les extrêmes. L’argument le plus probant reste l’opportunisme de cette demande. Elle arrive à point nommé pour le parti socialiste au plus bas dans les sondages de toute son histoire. Il est plus facile d’attaquer Nicolas Sarkozy que de commenter le congrès du PS, la baisse du nombre de leurs adhérents ou la hausse du chômage. Enfin, demander à la justice qui doit être impartiale de juger d’un qualificatif d’un parti politique sur un terme qualifié d’historique, mais que toutes les tendances politiques se sont appropriées et s’approprient encore dans notre histoire actuelle est dérangeant en terme de liberté d’expression et de pensée. C’est ainsi souvent ceux qui se disent les plus tolérants qui ne tolèrent pas ceux qui pensent différemment d’eux …

Pour toutes ces raisons, en signant la présente pétition, JE DENONCE l’action en justice qui demande l’obtention de la nullité de la marque « LES REPUBLICAINS » déposée à l’INPI (Publication 2014-12-05 (BOPI 2014-49) au profit de l’UMP.