UMP 44

ACCUEIL > Communiqué de Laurence Garnier

Actualités

Communiqué de Laurence Garnier

Sécurité des Nantais – effectifs policiers : le compte n’y est pas !

Le Maire de Nantes vient fièrement d’annoncer l’arrivée de 20 policiers nationaux supplémentaires sur notre territoire. Si cette annonce va dans le bon sens, il convient de faire les comptes avant de s’en réjouir :

- Nantes est depuis plusieurs années sous-dotée en effectifs de police nationale (moins 18% par rapport aux villes de même taille), soit un déficit de près de 200 policiers nationaux

- Les 3 quartiers nantais retenus pour l’expérimentation de la PSQ devaient être dotés chacun de 15 à 30 policiers supplémentaires, soit une dotation attendue entre 45 et 90 policiers

Les annonces en trompe l’oeil du maire de Nantes, qui se réjouit de l’arrivée de 20 policiers supplémentaires alors que Nantes devrait en recevoir aux alentours de 200, ne sont pas à la hauteur des enjeux. En manifestant sa satisfaction par ces annonces, le Maire de Nantes joue contre notre ville. Dans le contexte de la crise actuelle dans laquelle notre pays s’enlise et après 9 samedis noirs, comme trop d’autres villes en France, Nantes est le théâtre d’inacceptables scènes de violence. La tranquillité et la liberté des Nantais sont de plus en plus malmenées. Claironner sa satisfaction d’avoir obtenu moins de 10% des effectifs que Nantes devrait recevoir n’est pas responsable et n’amènera pas le Gouvernement à revoir sa copie.

Le maire de Nantes tente de faire croire aux Nantais que son action est efficace pour assurer les conditions de leur sécurité. Alors qu’il s’agit à l’évidence d’un revers politique et d’une négociation mal conduite par le Maire.

Nous rappelons par ailleurs que Nantes est la 14ème ville de France (sur les 15 plus grandes villes, hors Paris) en termes d’effectifs de police municipale. Nous renouvelons notre demande de doubler les effectifs de police municipale pour que Nantes revienne dans la moyenne des villes de même taille. L’armement de la police municipale, comme l’a engagé Gérard Collomb à Lyon, et beaucoup d’autres grandes villes de France, doit aussi donner lieu à l’ouverture d’une réflexion immédiate avec les syndicats de police municipale.

Laurence Garnier, et les Elus de la Droite et du Centre