UMP 44

ACCUEIL > Communiqué de Laurence GARNIER

Actualités

Communiqué de Laurence GARNIER

Nantes, banlieue de Notre-Dame des Landes

Laurence Garnier, présidente du groupe de la droite et du centre, réagit au saccage du centre-ville de Nantes par les casseurs en marge de la manifestation du 5 avril.

Les manifestations contre la loi El Khomri du jeudi 31 mars et du mardi 5 avril nous alarment tout particulièrement.

Parce qu’elles servent de fond de décor à des scènes de guérilla urbaine que nous avions malheureusement déjà vues il y a quelques mois lors de manifestations contre Notre-Dame des Landes et qui, en se répétant, s’amplifient.

Par son indécision sur le sujet de la Loi travail comme sur le transfert de l’aéroport, le Gouvernement donne le sentiment que l’État n’est plus gouverné et entretient le zèle des agitateurs. Cette absence d’autorité encourage les casseurs qui sont chaque fois plus nombreux : ils étaient une soixantaine à caillasser et piller le magasin Go Sport de la place Bretagne !

Pourquoi cette inflation de la violence à Nantes ? Il n’est pas difficile d’observer que nous avons une zone de non-droit à quelques kilomètres au nord de la métropole qui pour cette raison est en train de devenir le point de ralliement d’une contestation subversive et ultra violente.

Je condamne l’attitude irresponsable de Ségolène Royal qui, en remettant une pièce dans la machine NDDL, risque d’entraîner de nouvelles manifestations à Nantes. Il est urgent que l’État s’attaque à ce problème en prenant des décisions courageuses s’il entend mettre un terme à la spirale inflationniste qui a ruiné notre centre-ville hier.