UMP 44

ACCUEIL > Communiqué de Gatien Meunier, Conseiller Départemental du Canton de la Baule

Actualités

Communiqué de Gatien Meunier, Conseiller Départemental du Canton de la Baule

Éolien en mer : agir pour ce beau projet

Le bureau d’études nantais de General Electric, porteur du projet d’éolien offshore sur le banc de Guérande, envisage de supprimer 80 postes.

Pour Gatien MEUNIER, Conseiller Départemental du canton de La Baule-Escoublac, cette annonce est préoccupante pour l’emploi local mais aussi pour la capacité de la France à porter, à l’avenir, des projets éoliens innovants, ce qu’il n’avait pas manqué d’évoquer devant Mme Nicole KLEIN, Préfète des Pays de Loire dès la session du 3 juillet 2017. Cette dernière qui s’est révélée particulièrement active pour l’abandon de NDDL, n’a pas semblé se préoccuper plus avant de ce dossier pourtant crucial pour l’emploi.

Aujourd’hui, plusieurs raisons expliquent les difficultés de mener à bien ce type de projets en France.

Tout d’abord les délais réglementaires, d’instruction, de validation par les différents services de l’État compétents. Nos voisins étrangers sont beaucoup plus efficaces et rapides dans leurs prises de décisions.

A titre d’exemple, le Projet Merkur en Allemagne a fait l’objet d’un protocole signé en juillet 2015. La clôture financière du projet a eu lieu en mars 2016 et le début de la fabrication en septembre 2016. La mise en fonction interviendra d’ici quelques semaines.

S’agissant des projets français, et notamment du projet du Banc de Guérande au large de Saint-Nazaire, un accord a été validé en 2012, soit 3 ans plus tôt que le projet allemand. A ce jour, en février 2019, nous ne savons toujours pas quand les travaux vont pouvoir démarrer : que de temps perdu !

De plus, la multiplication des recours judiciaires ralentit considérablement l’avancée des projets, le temps de la justice étant particulièrement long.

Enfin, lorsque l’État met la pression sur le prix du kilowatt heure en menaçant de revoir les tarifs initialement négociés, cela ajoute de la confusion et de l’inquiétude au dossier.

Aujourd’hui, il faut avancer concrètement sur ce dossier qui représente un enjeu :
-  Environnemental : l’éolien en mer doit participer au développement des énergies renouvelables indispensables pour respecter les accords de Paris ;
-  Social : au regard des dizaines de postes en jeu aujourd’hui et de tous les emplois qui ne verraient pas le jour si ce projet devait s’arrêter ;
-  Économique et industriel : car le potentiel de développement de ce type de projets est réel et que des marchés sont à prendre dans le monde entier.

Il est donc urgent que la justice statue définitivement et en urgence sur le dossier du Banc de Guérande, que l’État tienne sa parole sur les tarifs de rachat, que le Gouvernement engage une réforme des procédures administratives et limite les capacités de recours sur les projets de ce type pour qu’à l’avenir ces projets aboutissent dans des délais raisonnables.

Gatien MEUNIER, Conseiller Départemental du Canton de la Baule