UMP 44

ACCUEIL > Aéroport Notre Dame des Landes

Actualités

Aéroport Notre Dame des Landes

Laurent Dejoie, Maire de Vertou, Marie-Cécile Gessant, Maire de Sautron, Joël Guerriau, Maire de Saint-Sébastien-sur-Loire, Claude Guillet, Maire de Carquefou, Joseph Parpaillon, Maire d’Orvault, Alain Vey, Maire de Basse-Goulaine, Sophie Jozan, et l’ensemble des membres des groupes Equilibre et Démocratie et Centre Démocratie et Progrès réagissent suite aux nouveaux incidents qui se sont déroulés autour du projet d’aéroport Notre Dame des Landes.

Ils déplorent l’effrayante montée des violences et les agissements d’extrémistes, professionnels de l’agitation publique. Ces actes ont des conséquences dramatiques d’un point de vue humain, et conduisent au développement de sentiments d’insécurité et à la multiplication des affrontements. Ils pointent également le coût lié à la mobilisation de centaines d’agents de la force publique, détournés de leurs fonctions utiles pour les citoyens, pour protéger les personnes qui se rendent sur place (géomètres, archéologues…) et les sites (lieu du futur aéroport, mairie de Nantes…).

Ils rappellent que ce dossier de Notre Dame des Landes a été abordé dans le plus grand esprit démocratique et de transparence. Le projet a été ainsi largement débattu et discuté au sein des instances démocratiques locales (Conseils régionaux, Conseils Généraux, Communauté Urbaine de Nantes, Epci concernés, etc). Par ailleurs, ce projet était très clairement inscrit dans les programmes des majorités actuelles lors des dernières élections locales. Ainsi en 2008, malgré la présence massive de Verts sur la liste de Jean-Marc Ayrault, son programme prévoyait noir sur blanc d’accompagner le projet du nouvel aéroport. Nantes Métropole a par ailleurs clairement apporté son soutien au projet de transfert d’aéroport. En 2010, les listes PS (pro-aéroport) et Verts (soi-disant anti-aéroport) avaient fusionné au second tour des élections régionales.

Les élus minoritaires de Nantes Métropole interpellent à présent les élus PS et Verts :

- quel projet économique et d’habitat sera mis en œuvre sur le site de l’actuel aéroport ? Devra-t-on garder une piste active pour Airbus sur ce site (cette question a toujours été éludée) ?
- quel accompagnement sera proposé aux communes en proximité immédiate afin que le nouvel aéroport soit le meilleur atout pour eux (emplois, déplacements, nuisances, etc.) ?
- enfin l’attitude des élus Verts est scandaleuse. Au local comme au national, ils ont un pied dans l’Exécutif et l’autre dans l’opposition, et ils cautionnent par leur présence sur le terrain la lutte contre le projet d’aéroport. Cette situation ne saurait durer plus longtemps. Ils doivent démissionner ou cesser de s’opposer à un projet démocratiquement adopté.